Glory Box, le site des filles bien
Bienvenue sur GLORY BOX, le forum des filles bien.

Afin de profiter pleinement de tout ce que vous offre GLORY BOX, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre communauté si vous ne l'êtes pas encore.

Bienvenue parmi nous !


Connexion

Récupérer mon mot de passe

Derniers sujets
» Votre dernier achat
Hier à 12:55 par Jean

» La casa de papel
18.04.18 19:48 par Havaïanas

» Votre série du moment !
18.04.18 19:34 par Adalie

» Aujourd'hui, tu as fait quoi côté sport ?
16.04.18 15:58 par Jean

» Quelle est la dernière recette que tu as faite ?
16.04.18 10:12 par Amulet

» Dernier film vu au cinéma ?
16.04.18 10:09 par Havaïanas

» Dernier film vu à la maison ?
12.04.18 13:08 par Rose

» Qu'est-ce que vous écoutez en ce moment?
10.04.18 22:03 par Chill

» Qu'est-ce que tu manges ce soir ?
07.04.18 20:30 par Lithium

» J'ai jamais...
05.04.18 10:59 par Rose

» Vinted : un vide dressing online
04.04.18 20:24 par Stormy

» J'ai testé pour vous... spécial robot culinaire
01.04.18 16:57 par Sensorielle

» Le carnet de recette de GB ... Végétarien
31.03.18 16:58 par Invité

» Manger de la viande... Ou pas ?
31.03.18 16:54 par Invité

» Que lisez-vous en ce moment ?
30.03.18 17:13 par Invité

Meilleurs posteurs
Jean (22614)
 
Stormy (22413)
 
Luana (19093)
 
Khiera (16775)
 
Havaïanas (15958)
 
effet-ralgan (14674)
 
Tagada_les_fraizzz (14666)
 
Thunder (14578)
 
Adalie (13187)
 
Guarana (13080)
 

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 16 utilisateurs en ligne :: 4 Enregistrés, 0 Invisible et 12 Invités

Greedy, Jean, rocket, Tagada_les_fraizzz

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 552 le 05.08.10 23:31
Mots-clés

Boulet  insultes  pipi  aaaa'  Huiles  coeur  bras  tuerie  galère  


#balancetonporc

Aller en bas

#balancetonporc

Message par Khiera le 16.10.17 22:36

La parole se libère sur le harcèlement sexuel depuis quelques temps, et ce phénomène s'accélère particulièrement en ce moment avec l'affaire Harvey Weinstein.

Je vous invite ici à parler de ce sujet. A ce qu'on partage nos histoires, nos témoignages, à ce qu'on se soutienne.

------------------------------
Je ne sais pas si j'en ai déja parlé clairement ici (surement que si) mais j'ai été confrontée au harcèlement sexuel dans le cadre du travail deux fois dans ma vie, et je ne suis vraiment pas sortie indemne du deuxième. Et pourtant je crois qu'on peut toutes s'accorder sur le fait que je suis une gigantic pain in the ass, une fille qui a du caractère, qui se laisse pas faire. Et pourtant.

C'était mon premier "vrai" taf en photo, j'étais encore en CDD et j'avais qu'une peur : qu'on ne me signe pas mon CDI. J'étais dans un open space avec 3 garcons, qui parlaient pas mal de cul mais sur le ton de l'humour, et je participais aux blagues. L'un des trois, associé de la boite, était plus lourd que les autres mais aussi plus marrant, et je me suis laissée prendre au jeu des blagues, en me disant que c'était un daron de plus de 40 ans, qu'il était maqué, que je n'avais rien à craindre.

Un jour il m'a dit "mais fais gaffe avec tes blagues, si t'aimes tant rire de ça c'est que t'es pas claire avec ton mec".

A partir de la j'ai arrêté le jeu. Je lui ai répondu que tout allait très bien avec mon mec, qu'il faisait fausse route et que je pouvais faire des blagues de cul sans pour autant remettre mon couple en question.

De là il y a eu plusieurs phases : la phase où il a fallu que je le rassure sur son pouvoir de séduction. Il était vexé que je ne sois pas sérieuse dans mes blagues, en gros, et il se sentait comme une merde. Donc je lui ai dit que si, il était séduisant, qu'il ne fallait pas qu'il s'inquiète la dessus, mais que je n'étais tout simplement pas intéressée.

Donc là il a compris : ok elle me kiffe.

Phase 2 : "tu vas voir tu vas craquer". Il me disait qu'il était dur au mal, qu'il était capable d'attendre dix ans, que son métier c'était d'être commercial et qu'il était capable de vendre n'importe quoi à n'importe qui. Que ça n'était donc qu'une question de temps. J'ai donc essayé de plaisanter, en lui disant que oui, surement, je craquerai sans doute, le jour où mon mec m'aurait quitté et que je serais devenue alcoolique tellement je nagerai dans le désespoir et la dépression. Il a pas compris le message.

Il a compris : elle va craquer.

Il a donc à partir de là redoubler d'allusions obscènes et de compliments déplacés dans l'idée de me "convaincre". Quand je lui disais qu'il me harcelait (parce que je le formulais comme ça devant lui) il me répondait que c'était pas du harcèlement, mais de la négociation. Evidemment la plupart du temps il n'y avait personne pour assister à nos échanges. Un soir il m'a dit que les vacances allaient être longues, mais qu'heureusement, il lui restait mes photos pour se branler dessus. Il y avait la femme du patron et la comptable derrière nous, du coup j'ai juste : rien dit. Je crois que j'ai juste dit "ah bah c'est bien". J'étais tellement morte de honte qu'il ose dire un truc pareil. Et dans sa bouche le pire c'est que c'était un vrai compliment, j'aurais du me sentir flattée. Sauf que donc bizarrement, je n'ai pas été séduite, et n'ai pas craqué. Conséquemment il est passé à une autre phase.

La culpabilisation.

Quand il a enfin compris que je ne craquerai pas, il a commencé à me faire des scènes de jalousie, je me souviens notamment d'une où il me reprochait d'avoir dit que j'aimerais bien avoir des enfants avec mon mec. "Tu te rends compte ce que ça me fait que tu dises ça ?". Et puis il y est allé crescendo, jusqu'à me dire qu'à cause de moi il avait quitté sa femme, qu'il logeait dans un motel pourri sur le bord de la nationale 7 et que je le rendais hyper malheureux, parce qu'il était sincèrement amoureux de moi, qu'il voulait me faire des enfants et que je lui avais laissé miroité cet avenir génial pour lui reprendre sans même lui avoir donné. Mes deux collègues males s'étaient rendu compte de ce qui se tramait parce que l'un des deux m'avait grillé quand j'étais partie aux toilettes pour pleurer. Le deuxième voulait que je porte plainte, me disait que ce gros porc avait des antécédents, j'étais assez soutenue par ces deux là. Mais pas au point pour qu'ils lui parlent non plus.
A cette époque j'en ai parlé à mon boss, sans rentrer dans les détails. Il s'est montré hyper gêné et il m'a répondu "ouais mais je sais pas, c'est compliqué, où s'arrête la drague et ou commence le harcèlement ?". J'ai pas persévéré dans ce sens.

Donc à ce moment là j'ai commencé à aller tellement mal qu'un soir je suis rentrée à la maison, que je me suis bourrée la gueule toute seule tellement je culpabilisais et que j'ai appelé une copine en pleurs en tenant des propos un peu incohérents. Et j'ai compris qu'à ce moment la que j'étais une victime d'harcèlement sexuel, comme dans les documentaires Infrarouge sur France 2, une vraie une tatouée.

On est passé à la dernière phase quand enfin j'ai signé mon CDI. La je ne me sentais plus en danger, et j'ai commencé à l'insulter tout le temps, sous tous les prétextes. J'étais assez violente dans mes propos et mes collègues ont commencé à me trouver agressive. Mon patron m'a alors convoquée. Et je lui ai dit que c'était la seule solution que j'avais trouvé à ce stade, que je l'avais prévenu qu'il me harcelait, qu'il n'avait rien fait, que je comprenais (sic), mais que je cherchais donc des moyens de me défendre toute seule, que c'était pas parfait mais que c'était tout ce que j'avais.

Le lendemain matin il l'a convoqué et lui a demandé d'arrêter. Il ne m'a plus jamais emmerdée. Il s'est en revanche comporté comme une victime éconduite et incomprise, ce qui n'a pas manqué de me faire sortir de mes gonds et de continuer à l'insulter, mais bientot il est venu de moins en moins au bureau et a été mis au placard.

A partir de cette histoire je n'ai plus mis que des gros pulls et des jeans au bureau. Je recommence seulement aujourd'hui, maintenant que j'ai changé de boite, à me pomponner un peu pour aller bosser. Par la suite j'en ai parlé à tous mes collègues (longtemps après) et ils ont été scandalisé, mais ont continué à papoter et à plaisanter avec ce connard comme si de rien n'était.

J'ai parlé de cette histoire à mon mec que très tard dans sa chronologie, parce qu'il est d'un naturel jaloux et que j'avais super peur qu'il m'en veuille. Qu'il m'accuse de l'avoir cherché, de ne pas avoir été assez "droite". Le jour où je lui ai tout dit j'étais tellement mal que ça ne lui a même pas traversé l'esprit, il m'a beaucoup soutenue, il a été super (il a failli débarquer au bureau pour lui péter les dents mais j'ai toujours réussi à l'en dissuader, même si on est pas passé loin). Je n'ai pas énormément parlé à mes amies au début, j'avais vraiment hyper honte, jusqu'à ce que je fonde en larmes pendant un apero entre filles. Là j'ai eu beaucoup de supers conseils qui m'ont vraiment guidée et déculpabilisée. Mais aujourd'hui encore je me sens salie par cette histoire.

Je sais pas ce que j'aurais pu faire autrement, j'aurais pas du flirtouiller avec cet abruti en participant à ses blagues de cul, mais franchement j'étais à 100 lieues d'imaginer que ça tournerait comme ça.
avatar
Khiera
Fondatrice
Fondatrice


Revenir en haut Aller en bas

Re: #balancetonporc

Message par Météore le 17.10.17 0:07

T'aurais dû rien du tout. La seule personne responsable de harcèlement sexuel, c'est le responsable du harcèlement. Puis quelle marge manœuvre on a quand on est en position de subordination ? Te sens pas coupable une seule seconde.
Je suis sincèrement désolée que tu ais eu à subir tout ça. Encore plus désolée que tu te sentes salie. Tant mieux si tu es bien entourée.

Et la solidarité avec les harceleurs, les "faisons comme si de rien était", c'est vraiment la pire des merdes qui soit. Tout mon soutien.

Je suis vraiment contente que la parole se libère. Si ça aide certaines d'entre nous à se sentir mieux. Parce qu'il faut vraiment que la culpabilité change de camps.

J'aurais aussi des choses à dire, et pourtant je suis pas encore rentrée dans le monde du travail. C'est magnifique.
avatar
Météore
Indéracinable
Indéracinable


Revenir en haut Aller en bas

Re: #balancetonporc

Message par Lithium le 17.10.17 16:27

Je n'ai que très peu connu de harcèlement au travail. Peut-être parce que le domaine dans lequel j'évolue est très féminin. Rien qui ne m'aie beaucoup marquée.

Par contre, très clairement, j'en ai vu de toutes les couleurs à cause de simples inconnus. Des regards, des paroles, des gestes... Jusqu'à porter plainte.

Je pense que la plupart des filles prenant les transports en commun, notamment à Paris, ont déjà probablement vécu des situations similaires : regards appuyés, drague lourde qui n'entend pas le "non", paroles désobligeantes jusqu'aux insultes, une main qui vous frôle d'un peu trop près pour ne pas être volontaire, des gens qui vous suivent, ... L'exemple qui me vient le plus rapidement en tête c'est ce gamin de 14 piges à tout péter qui s'est permis de mettre sa main sur la mienne sur la barre d'appui du métro et de me caresser le bras. Tout ça sous le regard du grand frère, posé à côté : un frigo d'au moins 1,9m laissant apparaître à sa ceinture un couteau papillon. Le regard du genre "dis un truc tu sais ce qui t'attend". C'était en pleine journée.

Concrètement, tous ces petits évènements, quelque soit leur gravité, ont eu une influence monstrueuse sur ma manière de grandir. Mon style vestimentaire n'a pas été épargné, je suis devenue tout sauf féminine, uniquement pour ne pas me faire emmerder dans la rue. En soirée je prévoyais un survet' dans mon sac que j'enfilais avant de partir. J'évitais certains quartiers, selon les heures, les jours...  

Pendant un temps je me baladais avec une lacrymo dans mon sac, qu'un flic m'avait confiée après avoir porté plainte. J'ai dépassé ce stade. Depuis que j'ai déménagé, ou peut être est ce mon âge qui joue, je me sens beaucoup plus à l'aise. Je retourne doucement vers une féminité au quotidien. Je reste malgré tout mal à l'aise lorsque je rentre à 3-4h du matin à pieds, toute seule, en robe.

Les exemples sont légion, je n'ai évoqué là quasiment QUE les transports en commun.
Et ça, tout ça, je trouve pas ça normal.
avatar
Lithium
Vieille branche
Vieille branche


Revenir en haut Aller en bas

Re: #balancetonporc

Message par Darkshines le 19.10.17 10:55

C'est quand même fou cette culpabilité que ça entraine, ça me rend malade.
Si rire à des blagues de cul c'est la porte ouverte pour se prendre des propos gerbants... A aucune moment c'est de ta faute, t'aurais rien pu faire différemment, je suis sûre que tu te serais juste montrée cordiale ça aurait in fine donné la même chose avec ce genre d'individu.

Pour ma part, j'ai jamais eu à subir ça, j'ai pas été beaucoup dans le monde du travail avec des relations hiérarchiques.

Et outre les habituels voir quotidiens regards sales, remarques, insultes, coups de klaxon dans la rue, j'ai eu la "chance" ( rien que de d'utiliser ce mot WTF... ) que ça aille jamais plus loin, je me suis jamais sentie vraiment en danger.


Par contre quand j'ai vu ce # j'ai tout de suite pensé à un de mes anciens profs. Je pense pas que ça fasse partie du harcèlement mais c'était déjà trop inapproprié comme comportement. Déjà on l'appelait le "gros porc" avec mes potes et en parlant avec d'autres filles de la classe on a remarqué qu'elles savaient direct de qui on parlait en utilisant ce terme.

Bref, lui déjà c'était le genre de prof qui t'appelle "Chérie" ou "ma puce" devant un patient et d'autres élèves pour je cite "te détendre".

Faut aussi remettre dans le contexte de mes études, je fais un boulot où le contact physique et le toucher sont primordiaux donc c'est habituel et normal que les profs nous touchent et qu'ils soient très proches de nous, avec leurs mains sur les nôtres etc. Et jamais, même les profs que je portais pas spécialement dans mon coeur, ne m'ont mises aussi mal à l'aise que lui.

Une fois en particulier, on bossait sur une technique où je galérais, donc je lui demande si ma position est bonne, et jme retrouve avec lui collé dans mon dos ( vraiment corps à corps ) qui m'englobe entièrement, qui me dit à l'oreille en chuchotant "détends toi" ( parce qu'évidemment je me suis crispée à mort ) avec des mouvements d'avant en arrière. Rien qu'en y repensant j'ai des frissons de dégoût. Alors tout ça passe bien sûr dans le contexte de la technique, j'aurais dit quelque chose comme quoi ça me mettait hyper mal à l'aise, il se serait foutu de ma gueule et aurait sûrement fait devant toute la classe une vanne. Inutile de préciser que je l'ai jamais vu faire ça sur un mec de ma promo.

Mais bon avec ma binôme ( qui était mal à l'aise aussi ) on lui a laissé le bénéfice du doute, mais comme c'est arrivé plusieurs fois, ben on a juste arrêté de lui demander des corrections en préférant demander aux assistants. Il l'a remarqué et a donc fait la remarque au conseil de classe, qu'on avait pas l'air intéressées par le cours parce qu'on lui posait jamais de questions...
Puis à ça on peut rajouter les soirées de gala où il cherchait à se taper des étudiantes avec son sale regard de dégueu.

Et maintenant je regrette tellement de pas lui être rentrer dedans, ou juste dit que je trouvais ce comportement anormal et que j'aimerais qu'il arrête. Mais je savais qu'en faisant ça, il m'aurait dans le collimateur et si je tombais sur lui en jury de partiels il m'aurait démontée ( je mets tout à la 1ère personne mais je sais qu'on est plusieurs de ma promo à penser ça ).

Bref c'était un peu du HS mais ça fait du bien de le balancer !
avatar
Darkshines
Indéracinable
Indéracinable


Revenir en haut Aller en bas

Re: #balancetonporc

Message par Light le 12.12.17 20:55

Je remonte le topic.

J'ai réfléchi longuement et j'ai la chance de n'avoir jamais été harcelée dans mes études/dans mon travail. Du moins par mes supérieurs. De la part des patients, j'ai eu (à l'hôpital, pas avec mes petits bouts d'choux) beaucoup de remarques inappropriées, même un patient (âge: environ mes grands parents) qui m'avait prise à la taille en disant que c'est bien que j'ai maigri (je le voyais tous les mois... donc il avait évalué au fur et à mesure) et qu'il fallait que je reste comme ça, par contre ma collègue (qui avait un léger surpoids) ferait bien d'en faire autant. Ça m'a hyper marqué. Comme le jour où j'avais 3 patients hommes dans ma salle d'attente, j'étais en jupe, ils m'ont fait plein de réflexions du type "avec votre petite jupette dis donc", "dis donc que vous êtes mignonnes": je rappelle qu'ils avaient l'âge de mes grands parents.
Pourtant je n'ai rien dit à mon patron, je n'ai rien dit à personne d'ailleurs. Je ne sais pas pourquoi.. par honte? culpabilisation? Quoi qu'il en soit, j'ai arrêté de porter des jupes à ce boulot là après.


Bref, je venais surtout réagir car dans ma boite il y a eu un grave cas de harcèlement sexuel. Je ne sais pas jusqu’où ça a été mais en tout cas, le gars est en prison maintenant. On est vraiment une grosse boite à l'échelle de ma région (1500 employés), donc ils ont décidé de faire le point sur tous les sites de la boite sur le harcèlement, rappeler aux salariés leurs droits, le fait d'avoir une porte ouverte pour en parler etc... Je trouve ça hyper louable car ils auraient pu juste étouffer l'affaire et en même temps hyper intéressé (notre boite a eu un sacré coup à l'image, faudrait pas que ça recommence). Quoi qu'il en soit, ils en parlent. Et je trouve ça bien. MAIS LES RÉACTIONS. Certains sont interrogatifs et je les comprends mais un collègue (dont je n'attendais pas moins d'ailleurs) a eu exactement les réactions du gros beauf "han maintenant on ne peut plus draguer", "han si je te touche maintenant tu peux porter plainte", "on peut même plus dire à quelqu'un qu'elle est bien habillée", "du coup, dès que tu feras un truc tu te retrouveras en prison". J'ai essayé d'argumenter tant bien que mal, mais le type en démordait pas.
Alors je viens vider mon sac ici: que c'est un gros beauf, que quand tu as des interactions sociales normales: tu n'es pas un harceleur, que tu peux draguer tes collègues si elles sont consentantes, réceptives et qu'elles te font comprendre qu'elles sont d'accord, tu peux dire à quelqu'un qu'elle est bien habillée et pas que le jour où elle sort ses jambes, tu peux toucher l'épaule de quelqu'un sans que ce soit qualifié d'attouchement... Parce que nous les femmes, on est pas des petites choses fragiles sans cervelles qui ne savent pas faire la part des choses et qui vont hurler au harcèlement au moindre mot!
Il arrêtait pas de dire que maintenant, on allait entendre le mot "harcèlement" à tout va. Le pauvre si il savait tout ce qu'on entends déjà dans la rue, c'est pas son pauvre "tu es bien habillée aujourd'hui" qui va nous faire bondir.
Ce genre de réaction me débecte, comme si toutes les filles allaient courir au commissariat, comme si elles allaient chercher le harcèlement pour dire "et moi aussi". Le con.

J'ai ressassé ça toute la journée et à la fin je me suis dit que les seuls qui étaient contre les radars sur l'autoroute étaient ceux qui ne respectaient pas les limitations de vitesse. (oui, c'est une métaphore pourrie, mais c'est la seule que j'avais).
avatar
Light
Indéracinable
Indéracinable


Revenir en haut Aller en bas

Re: #balancetonporc

Message par Khiera le 12.12.17 22:52

Tu as tout à fait raison @light ! Et c'est ouf que ce mec ait été condamné à du ferme, c'est rarissime, c'est tellement dur d'obtenir des preuves recevables pour du harcèlement sexuel...
avatar
Khiera
Fondatrice
Fondatrice


Revenir en haut Aller en bas

Re: #balancetonporc

Message par Light le 13.12.17 6:22

Honnêtement @Khiera, je ne sais pas si ça s'est cantonné à """"""juste"""""" du harcèlement... C'est un bon le "don't ask, don't tell" chez nous (pour pas mettre le feu aux poudres). Tout ce que j'ai entendu c'est que ça durait depuis des années....
avatar
Light
Indéracinable
Indéracinable


Revenir en haut Aller en bas

Re: #balancetonporc

Message par Narcisse le 13.12.17 11:44

Light > C'est super de la part de ton entreprise en effet, si seulement c'était la conduite tenue à chaque fois...

Quand quelqu'un me sort l'excuse du "pff on peut plus draguer maintenant" je leur rappelle que c'est pas parce qu'on a des lois sur le viol que l'humanité a arrêté d'avoir des rapports sexuels. Désolée que ça te dérange de faire rentrer le consentement comme facteur décisif.

J'arrive même pas à comprendre, à quel point il faut mépriser et avoir peur des femmes, au fond, pour penser qu'on vit toutes avec une idée en tête : accuser les hommes pour le plaisir. Comme si on avait que ça à faire sérieusement.
avatar
Narcisse
Indéracinable
Indéracinable


Revenir en haut Aller en bas

Re: #balancetonporc

Message par Light le 13.12.17 16:24

@Narcisse a écrit:Quand quelqu'un me sort l'excuse du "pff on peut plus draguer maintenant" je leur rappelle que c'est pas parce qu'on a des lois sur le viol que l'humanité a arrêté d'avoir des rapports sexuels. Désolée que ça te dérange de faire rentrer le consentement comme facteur décisif.
.

Je vais la retenir celle là! Très bon argument!!
avatar
Light
Indéracinable
Indéracinable


Revenir en haut Aller en bas

Re: #balancetonporc

Message par Nora le 16.12.17 14:06

Je trouve ça génial que ton entreprise décide de réagir et d'en parler plus ou moins librement. A l'inverse chez M6 après le cas Gilbert Rozon, plein de gens autour de moi m'ont demandé s'il y avait eu un recadrage général, une note d'information, un rappel du bien vivre ensemble, des formations, quelque chose quoi...


J'ai ri.
avatar
Nora
Indéracinable
Indéracinable


Revenir en haut Aller en bas

Re: #balancetonporc

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum