Glory Box, le site des filles bien
Bienvenue sur GLORY BOX, le forum des filles bien.

Afin de profiter pleinement de tout ce que vous offre GLORY BOX, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre communauté si vous ne l'êtes pas encore.

Bienvenue parmi nous !


Derniers sujets

Le syndrome du "nid vide" - pour celles qui ont quitté leur parents

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le syndrome du "nid vide" - pour celles qui ont quitté leur parents

Message par greymalkin le 09.08.12 13:34

Le "nid vide" : c'est ainsi qu'on désigne le foyer familial qui se vide et qui revient à sa plus simple expression, celle avec laquelle tout a démarré, le couple, ou bien même une personne seule ! Nous n'y sommes pas confrontées directement, mais, pour celles qui ont quitté leurs parents on a peut-être pu voir son effet et ses conséquences.

Comment vos parents ont-ils réagis quand vous (et vos éventuelles frères / soeurs) avez quitté la maison ? Etiez vous anxieuse à l'idée de les laisser à eux mêmes ? Si vos parents en ont souffert, quelle a été leur stratégie pour le combattre ? Au contraire, est ce que tout s'est bien passé et pourquoi ? Comment avez vous vécu les états d'âmes de vos parents ?

J'avoue que ce sujet est complètement motivé par des angoisses personnelles, ma mère reviendra mi-aout dans une maison sans enfant pour la première fois depuis trente ans et elle pleure tous les jours en y pensant. On était quatre enfants et ma petite soeur, la dernière à quitter le nid s'en va étudier à l'étranger pour un an (en rentrant il est probable qu'elle emménage seule puisqu'elle aura presque 24 ans!), ma mère a largement profité de la maternité mais vit très mal le fait qu'on parte. Elle ne nous fait pas du tout culpabiliser mais on sent très bien sa tristesse qu'elle ne parvient pas à cacher. Je ne sais pas très bien quelle pourrait être mon rôle là dedans, si seulement je devrais en avoir un, et j'aimerai vraiment savoir comment d'autres l'ont vécu, ce que l'on peut faire pour aider ses parents à passer cette épreuve... (mis à part faire des petits-enfants ahah!)

greymalkin
Ex-membre des comités
Ex-membre des comités


http://withacertainsmile.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le syndrome du "nid vide" - pour celles qui ont quitté leur parents

Message par Amulet le 09.08.12 13:39

Mes parents ont plutôt bien réagi, ils étaient contents quand ma soeur et moi on a emménagé chacune de notre côté pour nos études et notre vie d'adulte. Il faut dire qu'on a déménagé de chez nos parents mais en même temps on va les voir régulièrement car on est à une vingtaine de kilomètres par rapport à chez eux. ma mère dès fois se sent quand même seule d'autant plus qu'elle a perdu son boulot l'an dernier. Mais même si on n'a pas le temps de revenir chez mes parents on leur donne souvent des nouvelles. Souvent quand ma soeur et moi on est chez mes parents ma mère est tellement contente de nous voir qu'elle se démène et nous fais nos plats préférés.

Amulet
Indéracinable
Indéracinable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le syndrome du "nid vide" - pour celles qui ont quitté leur parents

Message par Narcisse le 09.08.12 13:54

Etant donné que mon père m'a poussée à partir je ne suis pas forcément capable de bien répondre...
J'ai quitté ma mère jeune, en seconde pour être exacte, car on ne s'entendait pas. Elle a beaucoup pleuré, mais on se voyait toujours donc je n'avais pas l'impression de l'abandonner. Je sais qu'elle a aussi beaucoup pleuré quand mon beau-père a exigé qu'on supprime ma chambre pour la donner à sa fille, elle était très triste parce que ça prenait une dimension irrévocable : c'était sûr, je ne reviendrai plus jamais. A ça s'ajoute le fait que ça voulait aussi dire que je n'avais plus de chambre attitrée, et donc que je serai encore moins encline à venir la voir (depuis Paris, je ne rentre que pour les vacances scolaires, et pas forcément toutes les vacances).
En même temps je suis la première, l'aînée, j'ai toujours été très indépendante : mon départ n'est pas une surprise, peut-être que mon père sera plus triste quand ma sœur cadette partira (quoique, il a là-dessus une politique assez stricte : un an après le bac maximum, après il est temps de prendre son indépendance !). Je crois que ça s'explique par le fait qu'il a quitté le foyer familial jeune, à 17 ans, dès son bac en poche. Donc pour lui, il est inconcevable de s'éterniser chez ses parents, d'autant plus que lui et ma mère ont largement de quoi subvenir à nos besoins le temps que nous ayons un job d'appoint pour prendre une indépendance financière.

Ma mère est très contente quand je viens la voir, elle ne râle pas quand je lui amène du linge, elle trouve ça normal. Mon père pas tellement, disons qu'il tolère ça parce que je suis dans une filière chronophage, et qu'il voit d'un bon œil le gain de temps que ça représente. Ils sont aussi pointilleux sur mes résultats, ce que je trouve normal, néanmoins ils n'ont pas du tout mal pris mon échec de cette année aux concours que j'ai présenté, mais j'ai souvent eu droit à des réflexions quand je revenais chez eux et que je ne passais pas suffisamment de temps à mon bureau à leur goût.

Narcisse
Indéracinable
Indéracinable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le syndrome du "nid vide" - pour celles qui ont quitté leur parents

Message par Stormy le 09.08.12 14:00

Mes parents sont tout seuls depuis quelques mois et ils sont ravis, ils avaient même hâte que ça arrive. Mais il faut dire que ça ne leur change pas trop non plus car j'habite tout près donc je passe assez souvent, mon frère habite à 30 kms et vient souvent aussi et mon dernier frère habite à Rennes, 2h de route et il revient souvent le week-end et là, il est même en vacances là-bas depuis quelques semaines..

Stormy
Administratrice
Administratrice


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le syndrome du "nid vide" - pour celles qui ont quitté leur parents

Message par Lithium le 09.08.12 14:46

Mes parents ont plutôt bien réagi. Cependant, je pense que c'est fortement lié au fait que ma petite sœur soit encore chez eux et que le foyer n'est donc pas vide. Ce sera plus dur pour elle de partir, ma mère va certainement essayer de la garder le plus longtemps possible.

Il y a tout de même eu un gros facteur facilitant l'acceptation de mon départ pour mes parents, c'est que je n'étais qu'à 1h30 en transports en commun. J'allais régulièrement chez eux le week-end et ma mère était enchantée. Elle m'a même proposé, quand je suis partie, de rentrer tous les week-end pour que je puisse laver mon linge chez eux ! Bref, un gros message caché.

Ma mère s'inquiète énormément du moment où elle sera seule avec mon père. Elle est femme au foyer, mon père a de gros horaires de travail, elle a peur de s'ennuyer. Retrouver un boulot à 52 ans c'est pas gagné, surtout quand ton diplôme est maintenant reconnu en dessous de sa valeur d’antan. Ca fait quelques années qu'on essaie avec mon père de la pousser à proposer son aide dans des associations, à s'inscrire dans plein de clubs de sport, rien n'y fait. Elle angoisse pas mal du moment où ma sœur partira.

Je vais sûrement redéménager sous peu (dans 2-3 mois) plus loin, à ~2h de transport de chez eux et j'ai senti une petite appréhension de leur part. Je ne vous dis pas ce que j'ai ressenti quand je leur ai annoncé que si j'avais l'opportunité de partir bosser dans les DOM-TOM je le ferai !

Bref, pour conclure, ils l'ont bien accepté même si la solitude angoisse énormément ma mère.

Lithium
Vieille branche
Vieille branche


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le syndrome du "nid vide" - pour celles qui ont quitté leur parents

Message par Tagada_les_fraizzz le 09.08.12 16:07

Ca se passait très très mal chez mes parents. Un jour j'ai pété un plomb, j'ai fait ma valise, j'ai pris mon disque dur, mon rat et je suis partie. J'avais 19 ans.

Ma mère a pas eu de nouvelles pendant 1 semaine elle m'a appelé, elle m'a demandé quand je rentrais, j'ai dit "non mais je rentre plus jamais". Elle a pleuré j'ai raccroché et suite a ça elle est tombée en dépression pendant des mois. Pendant ce temps j'étais chez les parents de mon jules, qui ont été plus qu'adorables. Elle venait de temps en temps mais c'est ma belle mère qui ouvrait et qui disait que j'étais pas là. Je répondais jamais au téléphone.

Je sais plus trop comment on s'est reparlé, toujours est-il qu'elle s'est excusé même si je ne lui ai toujours pas pardonné. Elle a fini sa dépression mais elle s'en veut toujours alors elle marche sur des oeufs avec moi. Maintenant elle fait sa crise de la quarantaine, elle sort en boite, elle est jamais chez elle, elle dort chez ses copines, elle passe sa vie dans des bars. Je crois même qu'elle a un amant.

Je vais peut être vous choquer mais je ne m'en veux pas, d'avoir réagis comme ça, elle m'a enfoncé pendant 3 ans comme une merde alors que j'étais au plus mal. Maintenant ça va j’apprécie les moments que je passe avec elle même si ça me saoule vite parce qu'elle est délurée. Je sais pas trop si c'est ce choc qui l'a faite changer a ce point, mais il me semble qu'elle est heureuse dans sa vie donc pourquoi pas.

C'est un peu le pire des scénarios que je raconte, grey, c'est dur pour une maman poule de couper le cordon, il va falloir de la patience des deux cotés !


Tagada_les_fraizzz
Administratrice
Administratrice


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le syndrome du "nid vide" - pour celles qui ont quitté leur parents

Message par Sugarfall le 09.08.12 17:57

Je suis fille unique et ma mère est célibataire. J'ai toujours été très fusionelle avec ma mère donc je serais je pense pas parti toute seule de si tôt. Mais ayant un copain j'ai fonce. Ma mère garde beaucoup de chose pour elle, elle est contente que je sois parti car elle sait que je suis bien ou je suis, avec mon copain, mais je sais qu'elle se sent seule, on s'ecrit beaucoup, on essaye de se voir le maximum mais c'est pas facile pour elle. En plus je lui ai pris mon chat, donc ça lui a aussi fait de la peine. De toute façon j'ai déménager dans la même ville à 5 minute en bus, je me serais senti très mal si j'avais par exemple déménager à Paris et elle encore plus je suis pas encore prête pour cette étape. Ça va faire 3 mois voir plus que je suis partie je pense qu'elle s'y est fait quand même. Mais elle a un encore un petit pincement au cœur.

D'ailleurs la c'est pour moi que ça devient "" plus dur "" elle me manque souvent, quand je suis vraiment très triste je fais comme un bébé à dire je veux ma maman. Mais ça je pense c'est parce que je suis une fille à maman

Sugarfall
Indéracinable
Indéracinable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le syndrome du "nid vide" - pour celles qui ont quitté leur parents

Message par nebulae le 09.08.12 18:55

Je pars le mois prochain, je reviendrai vous dire quoi... Parce que je sens une séparation.

nebulae
Vieille branche
Vieille branche


http://www.getinthecab.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le syndrome du "nid vide" - pour celles qui ont quitté leur parents

Message par Again&Again le 09.08.12 19:17

Pour ma part, je suis un peu dans ton cas Greymalkin, c'est à dire que je n'ose pas partir de la maison.
Je suis très proche de ma mère. J'ai la possibilité de partir faire mes études à 1h30 de chez moi en Septembre, mais je n'ai toujours pas pris ma décision et je pense que c'est en grande partie à cause de ce syndrome du nid vide.
J'ai 6 frères et soeurs (je suis la dernière), donc au début les départs des grands n'ont pas été trop difficile, jusqu'à celui de ma soeur pour moi. Ca fait plus de 9ans que nous ne sommes plus "que" 4 à la maison : mes deux plus jeunes frères, ma mère et moi. Donc on a vraiment eu le temps de prendre nos habitudes et on a du mal à décrocher de cette vie à 4 même si l'ambiance est très difficile parfois.
L'un de mes frères se tapent plus de 3h de transport par jour pour dire de rester à la maison. Il aurait pu déménager depuis 6ans. Mais non.

J'ai vraiment peur que ma mère m'en veuille de partir. Parce que j'ai vu avec mes frères et soeurs partis que quand on part, c'est pour de bon. On n'est plus vraiment chez soi dans la maison familiale après.
Quand j'ai dit à ma mère qu'il était fort probable que je parte, elle m'a dit qu'il n'y avait pas de problème, que je serai toujours chez moi, qu'elle laverait mon linge quand je rentrerai le weekend, etc. Mais, elle fortement fait sentir qu'elle préfère que je reste. Elle a toujours été du genre à ne rien nous interdire mais à nous faire énormément culpabiliser, ce qui est très dur, parce qu'on se met des limites à soi-même en fin de compte. Il me manque vraiment une liberté.

En plus, quelque part, ma mère vieilli, a des souci de santé, et le moral TRES fragile, et j'ai peur de la laisser à la maison.
Ma mère est aussi celle qui porte mon stress et mes angoisses quand ça ne va pas. A l'age que j'ai, elle est toujours à mes petits soins. Alors, au quotidien, j'ai peur que la vie soit trop lourde seule. Je crois ne pas avoir les épaules pour garder mes angoisses et être seule H24. Ne pas pouvoir rentrer à la fin de la journée et "vider mon sac", qu'on ne "m'écoute" plus râler, ne plus pouvoir demander conseil pour des conneries, ne plus pouvoir débattre de choses qui m'agacent, etc.
Enfin, bref,c'est presque une phobie de l'abandon.

Je vais lire vos expériences avec attention pour essayer d'y déceler des solutions Smile

Again&Again
Vieille branche
Vieille branche


Revenir en haut Aller en bas

Re: Le syndrome du "nid vide" - pour celles qui ont quitté leur parents

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 10:32


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum