Glory Box, le site des filles bien
Bienvenue sur GLORY BOX, le forum des filles bien.

Afin de profiter pleinement de tout ce que vous offre GLORY BOX, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre communauté si vous ne l'êtes pas encore.

Bienvenue parmi nous !


Derniers sujets
» Dernier film vu à la maison ?
Aujourd'hui à 14:27 par -Emma-

» Que lisez-vous en ce moment ?
Aujourd'hui à 9:58 par Darkshines

» Ce que tu aimerais avoir à Noël.
Aujourd'hui à 9:40 par -Emma-

» Vos coups de coeur musique
Hier à 21:42 par Marlow

» Bilan de l'année : le questionnaire qui résume tout !
Hier à 12:26 par Sunn

» Votre dernier achat
Hier à 11:02 par Sunn

» Dernier cosmétique acheté
05.12.16 17:35 par Stormy

» Dernier film vu au cinéma ?
05.12.16 14:42 par Nora

» Qu'est-ce que vous écoutez en ce moment?
02.12.16 14:56 par Sweet

» Dernier épisode regardé
02.12.16 10:57 par Chill

» Votre prochain voyage ?
01.12.16 8:24 par Lithium

» Mariés au premier regard
30.11.16 22:50 par Valkyrja

» 0 déchet
30.11.16 15:46 par Light

» [Topic Officiel] ¡¡¡ Joyeux Anniversaire !!!
28.11.16 23:09 par Hope

» Aujourd'hui, tu as fait quoi côté sport ?
27.11.16 20:37 par Stormy

anipassion.com

L'hypersexualisation des filles mineures

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'hypersexualisation des filles mineures

Message par Exode le 05.03.12 10:31

Le sujet est (re)mis sur al table par un rapport parlementaire de Chantal Jouanno.
Mode proposée aux jeunes filles, concours de mini-miss et moins de 18 ans, photos de magazines font partie des "vecteurs" du phénomène particulièrement pointés du doigt et objets de mesures potentielles.

Le rapport propose quelques mesures possibles pour diminuer le phénomène (les mesures ne prétendent pas y mettre fin, d'après ce que j'ai cru comprendre, simplement déplacer le phénomène au moins "hors des murs de l'école élémentaire"...) :
"interdire les concours de mini-miss et des enfants de moins de 16 ou 18 ans, irrespectueux de «l 'intérêt supérieur de l'enfant et de la dignité de la personne humaine», et rétablir l'uniforme en primaire."

Article du Figaro. "La mode des lolitas dénoncée par un rapport parlementaire"

Remis lundi, il s'inquiète du phénomène d'hypersexualisation des petites filles.

Soutiens-gorge ampliformes dès 8 ans, chaussures à talon en taille 30, ministrings, trousses de maquillage dès 12 ans, poupées en jambières… Véritable phénomène de société, l'hypersexualisation des jeunes filles provoque une telle inquiétude qu'elle fait aujourd'hui l'objet d'un rapport parlementaire pour tenter de mettre en place des garde-fous.

La sonnette d'alarme est tirée par la sénatrice UMP Chantal Jouanno, ex-ministre des Sports, auteur de ce rapport remis lundi à Roselyne Bachelot, ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale. Le phénomène, observé par les spécialistes sur les enfants prépubères de moins de 12 ans, se définit non seulement par la sexualisation de leurs codes vestimentaires mais aussi de leurs expressions, postures et intérêts, jugés trop précoces pour leur âge. Poussée par l'industrie de la mode et les médias, par le retour des stéréotypes dans les jouets et la souveraineté de l'apparence dans les programmes de téléréalité, l'hypersexualisation banalise la pornographie et la violence, constate le rapport parlementaire intitulé «Contre l'hypersexualisation, un nouveau combat pour l'égalité». Conséquence: elle fragilise les enfants dans leur équilibre psycho-affectif et leur construction identitaire. L'intrusion précoce de la sexualité entraîne des dégâts psychologiques irréversibles dans 80 % des cas», affirment les spécialistes du dossier. Mais elle favorise aussi les conduites à risque comme l'anorexie et met en danger, à terme, l'égalité entre les femmes et les hommes qu'ils deviendront, s'alarme le rapport.
Québec avant-gardiste

Si les parents se disent inquiets, d'après un sondage récent où 84 % des mères jugeaient que l'image des filles allait en se dégradant, la prise de conscience semble difficile. Elle a pourtant connu un sursaut avec le scandale du magazine Vogue qui, l'an dernier, avait mis en scène une fillette de 10 ans dans des tenues et postures suggestives, outrageusement maquillée. C'est cet événement qui a précisément conduit Roselyne Bachelot à commander cette mission parlementaire à Chantal Jouanno, connue pour son «caractère féministe», convient la sénatrice. Sans concession, son rapport s'étrangle à toutes les pages et se donne les moyens de son indignation en faisant des propositions radicales: interdire les concours de mini-miss et des enfants de moins de 16 ou 18 ans, irrespectueux de «l 'intérêt supérieur de l'enfant et de la dignité de la personne humaine», et rétablir l'uniforme en primaire. Si ce dernier n'est pas «une réponse pertinente à l'hypersexualisation» dans sa problématique globale, dit le rapport, il permettrait au moins de la pousser hors les murs de l'école élémentaire et, dans tous les cas, «demeure pertinent face à la concurrence des marques, facteur de clivages sociaux». Côté juridique, Chantal Jouanno propose également d'interdire que les enfants de moins de 16 ans puissent être l'égérie des marques, «afin de ne pas favoriser l'image d'enfants transformés en adultes». Enfin, elle propose la rédaction d'une «charte de l'enfant», pour «éclairer les pouvoirs publics et le juge dans la mise en œuvre de ces principes».

L'observation du phénomène, avec des études du CNRS et la création d'une mission quinquennale pilotée par l'Observatoire national de l'enfance en danger (Oned), est aussi au menu des propositions parlementaires. Tout comme la sensibilisation des professionnels de l'enfance et de l'Éducation nationale.

Référence en la matière, le Québec est avant-gardiste sur l'étude du phénomène, aux côtés de la Belgique et du Royaume-Uni. Le premier ministre anglais, David Cameron, a demandé l'an dernier un rapport sur le sujet, «Let children be children». La France devait donc se saisir du problème, au moins à titre préventif. Car, pour l'heure, «nos enfants résistent globalement à la vague», rassure le rapport qui en attribue la raison «au contrôle parental de l'apparence qui demeure fort en France».

Par Delphine de Mallevoüe

Qu'en pensez-vous?
Tout d'abord, votre avis sur le phénomène?
Comment considérez-vous les concours mini-miss?

Ensuite votre avis sur le rapport et les propositions?


Exode
Ex-membre des comités
Ex-membre des comités


http://www.facebook.com/lacstonweb

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'hypersexualisation des filles mineures

Message par Seifenblase le 05.03.12 11:46

Je suis assez étonnée qu'on se focalise tant sur les concours de mini-miss. Je vois de plus en plus de sujets télé dessus alors que pour moi, ça reste assez marginal. Est-ce que les gamines rêvent vraiment de concours ? Je sais pas, je suis sceptique.

Pour le reste, dans le fond, remettre la question au coeur du débat n'est pas une mauvaise chose. On a trop tendance à utiliser les petites filles pour des adultes qu'elles ont le temps de devenir. Quand je vois la manière dont s'habille les nenettes de douze ans, je deviens dingue. La proportion de mini-jupes/shorts qu'elle ont dans leur armoire est supérieure à celle que j'ai accumulé en vingt ans. C'est effarant. Après, le problème vient beaucoup des parents aussi. Les miens n'auraient jamais accepté de m'acheter des résilles, des mini-shorts et autres strings et talons à douze ans. Et on ne va pas me faire croire qu'à cette âge-là, elles s'achètent toutes leurs fringues toutes seules. Qui est-ce qui fait les lessives ? Le repassage ? Les parents le voient forcément.

Quant aux mesures en elle-mêmes, je suis assez dubitative aussi. Je suis globalement pour un retour à l'uniforme à l'école mais pour gommer les inégalités sociales plus que contre l'hypersexualisation. Un peu d'ordre et de discipline ne ferait probablement pas de mal aux ados.
L'interdiction aux enfants de moins de 16 ans d'être l'égérie des marques, mouais pourquoi pas. Même si je ne pense pas que ce soit la solution. Qui pour poser pour des marques enfants alors ? Non, plutôt qu'une interdiction générale, bête et méchante, il faudrait un organe de contrôle. Un vrai, j'entends. Qui vérifie réellement la teneur de la pub et qui prenne les mesures nécessaires si une entreprise dépasse les limites éthiques.
Enfin, la rédaction d'une «charte de l'enfant»... J'ai du mal à voir en quoi ça consisterait. Il y a déjà la déclaration des droits de l'enfant, qu'est-ce que cette charte apporterait de plus ? Surtout si des lois comme celles proposées par Jouanno passent ? Intérêt à éclaircir.

L'observation du phénomène, avec des études du CNRS et la création d'une mission quinquennale pilotée par l'Observatoire national de l'enfance en danger (Oned), est aussi au menu des propositions parlementaires. Tout comme la sensibilisation des professionnels de l'enfance et de l'Éducation nationale
. Oui bon bah ça parait assez évident quand même comme mesures, rien de bien étonnant là-dedans. Mais pour une bonne sensibilisation, il faudrait peut-être se décider à y mettre les moyens, à embaucher des gens compétents et pas se contenter de dire "On va sensibiliser" et de coller trois affiches.

Seifenblase
Comité de Rédaction
Comité de Rédaction


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'hypersexualisation des filles mineures

Message par -Emma- le 05.03.12 14:04

J'suis pas sûre que le port de l'uniforme soit vraiment une solution dans le sens où la gamine quand elle rentre de l'école, elle va se changer aussitôt. Elle ne va pas le mettre le week-end ou pdt les vacances non plus... le problème à la base vient des parents puisque que ce sont eux qui cèdent à la pression/caprice de leurs enfants. C'est clairement choquant qu'à 9 ans une gamine porte un soutif rembourré, un string et du maquillage pour aller à l'école ou ailleurs. Il y a un âge pour tout, il faut savoir poser des limites ! L'école et le collège s'en chargent en partie en interdisant certaines tenues jugées trop provocantes (mini jupes, tops montrant le nombril...), l'autre partie est du fait de l'éducation/autorité parentale et là dessus c'est plus difficile pour l'Etat d'intervenir.
Pour ce qui est de l'interdiction des concours de mini-miss, ça me laisse perplexe. J'sais pas si ce genre de concours a vraiment une grande importance chez nous comme c'est le cas aux USA. Il y'a une émission là-dessus tous les dimanches sur NT1 qui suit des participantes américaines. On voit des mères à fond derrière leurs filles, qui veulent à tout prix qu'elles gagnent, ce qui passe par un relooking extême (faux cils, fausses dents, postiche, autobronzant, tenues sexy...), franchement ça fait peur ! En tout cas, j'ose esperer qu'en France les concours ne se déroulent pas de cette façon.

-Emma-
Vieille branche
Vieille branche


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'hypersexualisation des filles mineures

Message par Khiera le 05.03.12 15:01

@Seifenblase a écrit:Non, plutôt qu'une interdiction générale, bête et méchante, il faudrait un organe de contrôle. Un vrai, j'entends. Qui vérifie réellement la teneur de la pub et qui prenne les mesures nécessaires si une entreprise dépasse les limites éthiques.

Franchement il me semble que le CSA fait ça plutot très bien.

Je trouve toutes ces mesures justifiées. Le port de l'uniforme pour éviter toutes rivalités à l'école - à mon époque le problème de l'hypersexualisation ne se posait pas tant que ça, par contre si tu portais pas de marque t'étais un caca, tout ça découle d'une compétition débile entre élèves qui changent selon l'air du temps et que le port de l'uniforme réglerait en partie.
Je crois que c'est facile de blamer systématiquement les parents, qui à mon sens ne peuvent pas faire grand chose contre une ado récalcitrante en pleine crise. Il faut que jeunesse se fasse, y a des ados plus faciles que d'autres, mais combien, toutes époques confondues, se sont planquées pour se maquiller, ont gardé du démaquillant dans leur sac de cours, avaient toujours des chewing gum sur elles pour masquer l'odeur de cigarette, et combien ne se sont jamais faites choper ? Bon bah le gros problème en ce moment c'est l'hypersexualisation, et si les gamines veulent cacher leur string à leurs parents, elles y arriveront.
Par contre si même à l'école elles n'ont pas le loisir d'en porter, je ne suis pas sure que leur intérêt pour ce bout de tissu sera aussi fort. J'ai la naïveté de penser que si on les met toutes sur un pied d'égalité vestimentairement parlant, elles essaieront alors de se démarquer intellectuellement, et plus superficiellement.

Quant aux concours de mini miss, même si ça n'est pas aussi répandu en France qu'autre part, je vois pas le mal à les interdire, de manière préventive. Et les animaux qu'on habille aussi, ça devrait être interdit, tiens.

Pour ce qui est des égéries, je crois que ça implique qu'une fillette fasse plus d'une campagne de pub pour une marque, qu'elle la représente pendant plusieurs mois, voire plusieurs années. Du coup que les enfants pose une fois pour une marque, ça n'en fait pas des égéries. Enfin je crois.

Khiera
Fondatrice
Fondatrice


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'hypersexualisation des filles mineures

Message par greymalkin le 05.03.12 19:47

Quand je lis :
"l'hypersexualisation banalise la pornographie et la violence, constate le rapport parlementaire intitulé «Contre l'hypersexualisation, un nouveau combat pour l'égalité». Conséquence: elle fragilise les enfants dans leur équilibre psycho-affectif et leur construction identitaire. L'intrusion précoce de la sexualité entraîne des dégâts psychologiques irréversibles dans 80 % des cas», affirment les spécialistes du dossier. Mais elle favorise aussi les conduites à risque comme l'anorexie et met en danger, à terme, l'égalité entre les femmes et les hommes qu'ils deviendront, s'alarme le rapport."

J'avoue que mon sourcil se hausse, je trouve ça complètement ridicule et dégradant (pour les petites filles, pour l'image de la femme, pour le progrès social) qu'une petite fille de 8 ans se chausse de chaussures à talons (autrement que celles de sa mère dans le salon pour parader et se déguiser si le coeur lui en dit) : tout ce qui entérine la femme à un poste, l'homme à un autre, je suis contre par principe, mais de là à penser qu'elle va développer une anorexie, banaliser la pornographie et avoir un dégât psychologique irréversible (lequel ?), je trouve qu'on est plus dans le domaine de l'argument pente-glissante que dans l'argument scientifique - mais ça n'est qu'un article de journal pas une revue scientifique !

Le problème c'est, je crois, la mesure : si une petite fille n'est exposé strictement qu'à la sexualisation (être une vraie petite fille c'est être jolie, se maquiller, et porter des strings), certainement elle risque de ne pas investir d'autre domaine : l'art, la science, la communication, le sport, l'écriture, tout simplement parce qu'elle ignore qu'ils existent. Donc il faut surtout diversifier l'offre.
Je ne suis pas pour condamner toute frivolité (ou la sexualisation), je trouve ça moral et j'aimerai que nos députés et sénateurs ne se prennent pas pour la police en la matière, et j'ose espérer que les parents élèvent et élèveront toujours leurs enfants de la manière dont ils l'entendent, partant du principe qu'il n'y a pas de manière mieux qu'une autre, tant qu'une petite fille a tous les choix possibles devant elle : devenir mannequin ou bien pilote de course ou ingénieur ou astronaute ou poète ou coiffeuse.
Plutôt qu'être dans la restriction, j'aimerai que les pouvoirs publics se concentrent sur encourager, encore et toujours, les petites filles, jeunes filles, jeunes femmes (et femmes jeunes et moins jeunes d'ailleurs!), à poursuivre des études, carrières, à s'incruster dans des domaines dans lequel elles sont sous-représentées!! Être dans le positif et l'incitation (voire la rétribution / compensation) plutôt que dans l'interdiction quoi. Ca sonne mieux à mes oreilles.

Ensuite pour ce qui est de la sexualisation en soi, ça ne fait pas de doute qu'il est dangereux - pour l'ordre public, mais surtout pour ces petites filles, de faire de toutes jeunes filles des lolitas, la majorité sexuelle existe pour une raison, ça me semble patent qu'une enfant de 12 ans ne conçoit pas son intégrité physique comme une enfant de 16 ou de 19 dans la majorité des cas. Mais je crois que ces gamines devraient pouvoir s'habiller comme elles veulent sans craindre les condamnations du type "elle l'a cherché elle était en mini jupe ! elle fait 5 ans de plus je suis pas dans l'illégalité" ! Et faire leurs erreurs sans risquer les commérages, une sanction ou pire, le viol !

Ca m'énerve et me désole, même si je serai sûrement la dernière à recommander à mon hypothétique fille de porter un soutien gorge rembourré, que l'Etat se mèle de ça, invoque "le droit supérieur de l'enfant" (on présume que parce qu'elle porte une mini jupe ses parents ne s'occupent pas d'elle, ne l'amène pas au musée d'Orsay le dimanche : est ce que ça a nécessairement qc à voir ? ce n'est pas tout à fait la même chose de ne pas envoyer sa fille à l'école et de la laisser porter un string... à moins qu'on puisse associer de façon nécessaire et suffisante la sexualisation et le crétinisme) , qu'à cause de certains individus qui ne sont que des brutes idiotes et criminelles, et à cause de marketing qui décide de nous vendre des chaussures à talons à partir du 30 ou des string taille 8 ans, on légifère sur ce phénomène de société !

Je suis plutôt d'accord avec le diagnostic, même si toutes les générations confondues ont toujours dit "de mon temps!" et que je reste donc méfiante sur ce genre de critique, il y a certainement une sexualisation des petites filles qui est alarmante et révoltante (et qui est parfaitement illustré par les concours de mini-miss, ma mère pédiatre m'a par ailleurs signalé qu'on observait d'ailleurs une augmentation des pubertés précoces - dont on ne sait pas les causes : on mange et donc grandit mieux/plus vite ?), bref, sexualisation révoltante parce qu'elle décide à l'avance de ce que les petites filles devraient devenir, les place en situation d'objet sexuel alors qu'elles n'ont pas le recul, les valeurs, pour l'assumer, et parce qu'il faut toujours lutter contre tout ce qui réduit la femme (et la femme en devenir) à un objet sexuel.

Je comprends parfaitement qu'on s'affole et qu'au nom de l'enfance on considère qu'il y a des choses qui ne devraient pas se faire, mais je ne suis pas vraiment d'accord avec le traitement (que je ne comprends pas beaucoup : que va t-on faire finalement sinon remettre l'uniforme à l'école ?), parce que je suis surtout pour la liberté et que je ne suis pas sûr d'aimer l'idée que l'Etat ingère trop dans la famille... J'ai le plus grand respect pour nos institutions et nos élus, mais à chacun d'élever, vêtir, ses enfants comme ils l'entendent, tant que ce n'est pas dans un esprit sectaire et en le désinsérrant ! J'ai l'impression que l'on présume que puisqu'une fille fait des photos de mode comme la série de vogue dont j'avais connaissance, c'est une Drew Barrymore ou Shirley Temple en puissance ! Enfin c'est une question qui reste épineuse pour moi, de l'Etat ou de la famille, je ne sais pas ec qui fait le plus de mal et selon quels (très savants) critères.

greymalkin
Ex-membre des comités
Ex-membre des comités


http://withacertainsmile.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'hypersexualisation des filles mineures

Message par Bagheera le 05.03.12 20:38

Pour répondre à cette histoire de pubertés précoces évoquées par Grey, j'ai lu qu'il y avait des problèmes liés aux médicaments+pollution+organismes génétiquement modifiés qu'on ingère quotidiennement dans notre alimentation (radiations/ondes aussi), le journal (Science&Vie il me semble) partait de malformations de caractère hermaphrodite qu'avaient développés des poissons en bouffant tout ce qu'on jette comme merde dans les rivières Triste Et les poissons, après, hop, ils arrivent dans l'assiette de qui ? De BIBI ! On est en train de devenir des mutants x__x C'est flippant.

Je trouve ce sujet particulièrement intéressant, ça me fait plaisir qu'il soit abordé car il a retenu mon attention tout à l'heure en lisant DirectMatin dans le transilien.Je trouve les mesures proposées intelligentes concernant le nivellement des classes sociales grâce à l'uniforme notamment, ou la dénonciation de problèmes liés au marketing d'objets à caractère érotique ou de séduction (string/porte-jaretelles/soutif/maquillage/chaussures à talons) inappropriés pour des ENFANTS.

L'histoire des Mini-Miss dénonce bien ce problème d'image d'adulte fantasmée projetée sur l'enfant qui devient un produit, un objet qu'on façonne, une bête qu'on dresse, à laquelle on apprend à "faire le beau", à sourire, chanter/danser/etc.
Spoiler:
(sans lui demander son avis ou qui répond systématiquement "oui maman Very Happy" car à cet âge, nos parents sont nos héros, on ne veut pas les décevoir => qu'ils ne nous aiment plus, donc on fait plaisir et on croit aimer ce qu'on fait même. Ok quand ça devient une passion mais non quand ça devient un labeur, une contrainte "pour faire plaisir".)
, un vrai singe ou souris de laboratoire : y a des photos de Mini-Miss américaines qui sont même déjà passées par la case chirurgie, parfois même seulement certaines alliances de perruque+maquillage+tenue les font ressembler littéralement à des monstres, des bêtes de foire. Même si l'ampleur est loin d'être aussi large ici qu'aux Etats-Unis, c'est pas la peine d'attendre d'en arriver là pour agir de façon préventive.

Donc ces histoires de concours/publicité-égérie/mannequinat, je trouve ça beaucoup plus sain de les rendre accessibles A PARTIR de 16ans, la majorité sexuelle passée, un cerveau et un corps d'adulte au moins formés, afin que l'enfant/l'humain soit en mesure de faire un réel CHOIX et non de singer ou d'obéir aux ordres d'une mère complexée/frustrée par sa life et auto-centrée. L'intégrité physique et intellectuelle passe par le choix de l'individu concernant ses actes, son corps et ses pensées, merci.

Pour finir, je suis bien d'accord avec Grey sur le fait qu'il ne faut pas tout diaboliser/bannir/interdire, plutôt inciter au positif, à l'ouverture d'esprit des enfants afin qu'ils se construisent en ayant une aptitude à découvrir, apprendre, réfléchir, créer, essayer, échouer, réussir, VIVRE QUOI. Et en même temps, poser des limites, des cadres, des règles n'a jamais fait de mal à personne, du moment qu'il y a dialogue, logique et compréhension derrière.

Bagheera
Indéracinable
Indéracinable


http://secretly-blues.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'hypersexualisation des filles mineures

Message par In_uter0 le 05.03.12 22:36

Je suis assez partagée sur le sujet. Si je pense comme vous que le port de l'uniforme réglerait pas mal de problèmes et de tensions au sein des collèges/lycées (et même plus petites classes pourquoi pas), je doute effectivement que ça change fondamentalement les choses.

Sans vouloir jeter la pierre au parents de façon systématique, je me dis qu'une gamine de 8 ans qui kiffe sur un string/porte jarretelle/soutif rembourré n'a certainement pas reçu le bon message de la part de sa mère (ou de ses parents) depuis la toute petite enfance. En fait je me demande ce que ça évoque pour cette petite fille: l'âge adulte? la maturité? le droit de faire ce que l'on veut? ou juste la beauté et donc quelque part l'envie d'être aimé? Mais de qui?

Bref, je me dis que si une fille jeune ou très jeune en arrive à se dire qu'un attirail de ce type peut la valoriser, c'est que probablement ses parents ne l'ont pas suffisamment cadrée et ne lui ont pas forcément appris à réfléchir et à analyser (autant que faire se peut quand on à 8 ans évidemment). Et du coup, si y'a une lacune au niveau de l'éducation ou de la transmission des valeurs et de la représentation du monde, j'ai assez peur qu'un uniforme n'y puisse pas grand chose en fait.

Je pense même qu'au lieu de juguler le phénomène, il ne va qu'amener une déviation de celui ci. Si toutes ces petites nénettes sont persuadées qu'elles peuvent être valorisées à travers des choses sexuées et que quelque part, elles doivent en passer par là pour s'affirmer, elles trouveront toujours un biais pour explorer ce "côté sombre de la force". Ce qui peut potentiellement déraper dans des choses plus conséquentes que des vêtements ou du maquillage inapproprié en se transposant carrément à des comportements, gestuels et postures inadaptés.

d'ailleurs ça me fait penser au clip Love in Motion réalisé récemment par Gaspard Noé qui a quand même un côté violemment chelou...

pour celles qui ne l'ont pas vu: http://youtu.be/7jUiDxpZBj0

In_uter0
Ex-membre des comités
Ex-membre des comités


Revenir en haut Aller en bas

Re: L'hypersexualisation des filles mineures

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 17:16


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum