Glory Box, le site des filles bien
Bienvenue sur GLORY BOX, le forum des filles bien.

Afin de profiter pleinement de tout ce que vous offre GLORY BOX, merci de vous identifier si vous êtes déjà membre ou de rejoindre notre communauté si vous ne l'êtes pas encore.

Bienvenue parmi nous !


Derniers sujets
» Bilan de l'année : le questionnaire qui résume tout !
Aujourd'hui à 12:26 par Sunn

» Votre dernier achat
Aujourd'hui à 11:02 par Sunn

» Vos coups de coeur musique
Hier à 18:03 par Stormy

» Que lisez-vous en ce moment ?
Hier à 17:49 par Stormy

» Dernier cosmétique acheté
Hier à 17:35 par Stormy

» Dernier film vu au cinéma ?
Hier à 14:42 par Nora

» Qu'est-ce que vous écoutez en ce moment?
02.12.16 14:56 par Sweet

» Dernier épisode regardé
02.12.16 10:57 par Chill

» Ce que tu aimerais avoir à Noël.
01.12.16 17:30 par Lithium

» Votre prochain voyage ?
01.12.16 8:24 par Lithium

» Mariés au premier regard
30.11.16 22:50 par Valkyrja

» 0 déchet
30.11.16 15:46 par Light

» [Topic Officiel] ¡¡¡ Joyeux Anniversaire !!!
28.11.16 23:09 par Hope

» Aujourd'hui, tu as fait quoi côté sport ?
27.11.16 20:37 par Stormy

» Entre bilan et résolutions.
24.11.16 16:03 par Willingness


Tes origines et ton milieu social dans ton quotidien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tes origines et ton milieu social dans ton quotidien

Message par Bereen le 18.11.10 23:00

Voilà, suite à quelques péripéties, quelques histoires entendues ici et là, je me suis dit que j'allais en faire un topic.

Je voulais savoir comment vous viviez avec vos origines (étrangères ou pas), et votre milieu social dans la vie de tout les jours.
Si cela a été un frein dans votre vie (professionnelle ou privée), ou si au contraire, cela vous a aidé ?
Que tu sois Noire, Blanche, Arabe, Chinoise ou autres, que tu viennes d'un beau quartier ou de banlieue, racontes nous comment tu a été perçue de l'extérieur, comment tu as évolué avec ces ""différences"".
Le sujet s'adresse aussi aux GB vivant à l'étranger !

Bereen
Vieille branche
Vieille branche


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tes origines et ton milieu social dans ton quotidien

Message par Šlechtična le 18.11.10 23:20

Moi je suis métisse mais je n'ai jamais vraiment ressenti de racisme à mon égard. Ou alors je ne m'en suis pas rendue compte. J'aime pas quand certaines personnes excusent tous leurs échecs à cause de "C'est parce que untel est raciste".
Mon père, lui y est plus fréquemment confronté et ça me met en rogne. Qu'on pense qu'il est incompétent dans son métier parce qu'il a pas un nom français et qu'il parle avec un accent, par exemple.(alors que mon papa c'est le plus beau et le plus fort :baby")
Sinon niveau social, je viens d'un milieu plutôt aisé. Des fois je me sens mal par rapport à ceux qui n'ont pas eu autant de chance. Rien d'autre à dire là dessus.

Šlechtična
Belle Plante
Belle Plante


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tes origines et ton milieu social dans ton quotidien

Message par Joleane le 18.11.10 23:38

J'ai pas grand-chose à dire, comparé à ce que d'autres vivent, moi c'est hyper futile quoi.
Mon père est sicilien d'origine, mais je ne suis pas très typée, mon père n'a pas d'accent, ça se ressent juste sur le nom de famille quoi.
C'était surtout mon père, lors de son enfance qui l'a mal vécu, comme tous les émigrés, surtout dans les années 50, les ritals c'était la mode Moq Aujourd'hui, les mauvaises langues disent que notre famille est mafieuse ; alors on les laissent croire, histoire qu'ils flippent qu'on les décendent Razz Récemment lors d'un mariage, on s'est fait traités de mafiosi, ce qui a fait dégénérer les membres de la famille. Moi ça me fait surtout rire parce qu'on sait qu'on a des branches éloignées de notre famille qui sont là-dedans, mais y'a plus de contacts, alors on a rien à se reprocher.
Voilà pour mes origines et en ce qui concerne mon milieu social, mes parents ont commencés à gagner de l'argent vers mes 12 ans on va dire. J'ai vécu (et toujours) dans un domaine, avec des chevaux autour, mais c'est pas QUE pour notre plaisir perso, c'est le taff de mes parents.
Alors toute ma période collège et un peu lycée j'ai eu des remarques désobligeantes, le classique "la bourge". Je me souviens que j'étais détestée au collège, j'étais vraiment la meuf la moins piffrée.
Globalement je m'en foutais mais le moment que je préférais le moins c'était quand mes parents venaient ou me déposaient en voiture. Même mes profs faisaient des remarques. Après on s'appelle pas Crésus, donc y'avait rien de tape-à-l'oeil, mais les gens ça aime bien commérer.


Fin en gros voilà, rien d'invivable, j'ai vraiment pas à me plaindre.

Joleane
Vieille branche
Vieille branche


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tes origines et ton milieu social dans ton quotidien

Message par Adrenaline le 18.11.10 23:51

Moi je suis blanche, j'ai pas d'origine particulière, je viens d'un milieu correct voire aisé sans être bourgeois ou riche. Ma mère à un appart dans un quartier tranquille, on a chacune notre chambre, un "grand" salon, on a de quoi remplir notre frigo, mais pas de quoi s'acheter des sacs à 300€ ou des folies du genre.
On a un rythme de vie normal, en gros.

J'ai déjà vécu vite fait quelques situations de racisme - parce que oui, le racisme anti-blanc ça existe - et je l'ai très mal vécu. Ce qui m'a le plus choqué, c'est une nénette de quoi, 14-15 piges, rebeu, à qui j'ai demandé du feu m'a insulté de tous les noms d'oiseaux et menacé de me casser la gueule (facile quand y'a 4 mecs avec toi, TOP), sous prétexte que j'étais "une sale française, et que les françaises elles aiment pas les arabes."
En fait, ce qui m'a le plus choqué ce jour là, c'est que cette meuf, elle était rebeu, mais être arabe, c'est pas une nationnalité, et je mets mon bras à couper qu'elle aussi était FRANCAISE. Alors déjà, insulter quelqu'un de "sale française" c'est bas, mais quand toi tu l'es aussi, j'ai du mal à comprendre.
Donc bon, je trouve ça triste qu'il y ai une rupture parce qu'on est tous des citoyens au même titre les uns que les autres. Et je vois pas pourquoi je devrais avoir honte d'être "française" ou "blanche".

Après, j'ai eu la chance d'avoir une éducation qui m'a ouvert l'esprit, et la fille en question a peut-être grandi avec des parents qui ont souffert du racisme, elle s'est peut-être construite dans un milieu fermé, mais dans tous les cas, toute cette haine et ce mépris m'avaient vraiment choquée.

Sinon pour ce qui est du milieu social, comme je l'ai dit, je suis pas à plaindre. J'ai pas spécialement de gène envers ceux qui ont moins que moi, j'essaye de les dépanner si vraiment y'a besoin (genre héberger un ami qui est à la rue, inviter à bouffer mes potes quand leur bourse tombe pas...). J'ai des potes de tous milieux sociaux, certains ont des baraques avec jardin et piscine, d'autres traînent dans des squat, je fais vraiment pas attention à ça. Je vis bien ma situation, je me suis jamais sentie mise à l'écart.

Adrenaline
Vieille branche
Vieille branche


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tes origines et ton milieu social dans ton quotidien

Message par Joleane le 18.11.10 23:56

Ah et pour ta question concernant les relations privées, amoureuses, je sais qu'en seconde je n'ai pas été en couple avec un garçon à cause de ça, j'en suis persuadée. Il n'était pas pauvre ou que sais-je, mais convaincu qu'il était pas fait pour moi. Après il y avait beaucoup de différences liées à nos caractères et personnalités mais il faisait constamment référence à mon éducation selon lui trop bourgeoise (alors que pas du tout, entre nous, à part chez mes grands-parents maternels où ils sont limite guindés, mais avec mes parents pas du tout). J'étais trop traditionnaliste et conventionnelle pour lui, qui était très baba et se définissait comme anarchiste. Au fond c'était un problème de personnalités mais nos milieux sociaux ont été un obstacle en plus d'autres.

Joleane
Vieille branche
Vieille branche


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tes origines et ton milieu social dans ton quotidien

Message par Havaïanas le 19.11.10 7:07

Je suis née en guadeloupe, tout comme ma mere et ma famille maternelle, qui y vivent toujours. Mais ca ne se voit pas sur mon visage, je suis blanche (mais j'aurais trop kiffé etre metisse)
Mon pere est lyonnais.

Je suis arrivée en France a 14ans, et j'ai été plutot victime de racisme anti-blanc, au college, ou il y avait beaucoup d'eleves d'origine etrangere. Sans rentrer dans les details, ca a été la pire année de ma vie.

Le niveau social de mes parents est plutot tres moyen, disons qu'a la fin du mois on etait tous tres content que le debut du mois arrive.
Cela dit, on a toujours eu un toit sur notre tete, et a manger dans nos assiettes.
Ca me genait surtout vis a vis de mes copines de lycée, qui avait de l'argent de poche, un scooter, des nouvelles fringues tres souvent, et qui sortait regulierement au ciné, shopping, j'ai du refuser plusieurs fois leur proposition de sorties car je n'avais pas d'argent.....

Sinon dans ma vie professionnelle ca ne m'as jamais gené, mais bon les seuls boulots que j'ai fait pour l'instant son manut' a l'usine, caissiere a carrouf, ils demande pas si on paye l'ISF pour embaucher lol.

Havaïanas
Racine
Racine


http://epidermique.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tes origines et ton milieu social dans ton quotidien

Message par Khiera le 19.11.10 9:34

Je suis blanche, je viens d'un milieu modeste, j'ai grandi entre un village paumé et une banlieue dortoire.
Au collège j'ai eu quelques soucis, mais je crois que c'est surtout des problèmes communautaires auxquels je me suis heurtée, plus que du racisme anti blanc. Disons que les personnes d'origine étrangère font souvent bloc contre l'adversité même quand y en a pas, ce que je peux comprendre théoriquement, bien que je crois que paradoxalement ça n'aide pas. Du coup je subissai régulièrement les sarcasmes, foudres et harcèlements de certains de mes camarades parce que j'avais l'air plus vulnérable, en tant que petite française rousse aux yeux bleus et FEMME de surcroît. J'ai d'ailleurs plus souffert en général d'être une femme qu'une française dans un milieu défavorisé. Mais j'ai appris à gérer ce genre de problèmes, je suis très vite passée de victimisée à la fille qu'on ne fait pas chier, j'ai d'ailleurs beaucoup plus penché de ce côté la et si ça a des avantages ça a des inconvénients aussi. J'ai hérité de cette époque une carapace assez dure, un besoin de contrôle permanent et une accoutumance au conflit. Je rencontre souvent ce problème avec mon entourage, ça ne me pose aucun problème de rentrer dans le lard de quelqu'un et de m'embrouiller avec lui. Pour moi ça n'a pas de conséquence, une fois que c'est fait je passe à autre chose, ce qui n'est pas souvent le cas de la personne en face, encore moins lorsqu'elle vient d'un milieu aisé, ou culturellement le conflit est plus mal vu.

J'ai d'ailleurs du mal à m'entendre avec des personnes venant d'un milieu social élevé, j'ai été 2 ans en lycée privé catho dans le 16ème et ça s est assez mal passé. Je ne crois pas que cela vienne des personnes en question puisque ce sont en général des personnes qui ont bénéficié d'une éducation correcte, suffisamment en tous cas pour ne pas te faire ressentir frontalement que t'es pauvre et à la masse.
C'est plus insidieux en fait, c'est dans le quotidien, t'es un peu automatiquement exclue parce que t'as pas forcément les moyens de te payer ton café quotidien à la rotonde. On va pas t'engueuler ou te le reprocher, on va juste t'exclure tout doucement, sans que tu ne t'en rende compte. Faut ajouter à ça que j'ai toujours ressenti un décalage, un peu arbitrairement peut être, mais on n'a pas les mêmes notions de travail, ou d'argent, pas la même culture, et forcément ça creuse un fossé.

Je me demande si ça n'est pas un problème que j'ai face à un certain snobisme parisien, moi qui suis très attachée à mes origines banlieusardes. Ça a largement participer à ma rupture avec mon ex, qui venait d'une famille très bourgeoise de province et ne fréquentait que le gratin parisien qui moi ne m'intéressait absolument pas.

C est à peu près tout ce que j'ai à en dire pour l'instant, mais intéressant sujet ceci dit, j'y reviendrai.

Khiera
Fondatrice
Fondatrice


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tes origines et ton milieu social dans ton quotidien

Message par nebulae le 20.11.10 9:56

C'est intéressant comme topic!

Je suis blanche de peau, aux origines multiples. Mes origines anglaises se ressentent par mon prénom (Meredith, c'est celte ahaha), et mon nom de famille est vachement russe (ce que je suis aussi un peu).

Niveau classe sociale, c'est assez mixte en fait.
Je suis d'origine noble par mon père (la bonne blague ahahaha, je suis 'princesse' ahahahaha bis), mais vu que la famille russe, du côté de mon arrière-grand père paternel, était dans le camp des nobles lors de la révolution russe, mon arrière-grand père a débarqué en belgique sans le sous. Du coup, chez mon père, j'ai grandi de quartier populaire en quartier populaire et j'en garde un bon souvenir.

Quant à ma mère, la situation est plutôt aisée, ce qui équilibre assez la situation. Mon papa a été longtemps dans la déch', financièrement parlant, mais là ça va beaucoup mieux.

Face aux autres, ben, certains me voient comme une bourge, ce qui m'énerve. C'est pas parce que je vis confortablement dans une commune considérée comme riche que j'ai des idéaux "foie gras et caviar", non mais.
Un pote m'a dit un jour que j'étais "une bourge hippie". J'avoue correspondre par moments au stéréotype du gosse de riche qui fait tout pour ne pas le paraître en mettant des jeans déchirés et en allant aux soirées drum à 5 euro. Mon dieu je déteste ce stéréotype. Argh.
En fait c'est assez bizarre vu comme ça, le père "pauvre" et la mère "bourge". Mais je me sens assez équilibrée, du coup.

nebulae
Vieille branche
Vieille branche


http://www.getinthecab.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tes origines et ton milieu social dans ton quotidien

Message par NewSlang le 20.11.10 11:07

Ma mère est française et mon père est d'origine marocaine mais je ne suis pas très typée. Disons que instinctivement les gens ne vont pas penser que j'ai des origines marocaines, mais quand je leur dis c'est toujours 'ah oui, c'est vrai, maintenant que tu le dis...' x) Et je n'ai jamais été victime de racisme.
On a toujours vécu assez modestement. Petite, quand mes deux parents travaillaient on s'en sortait bien. Après quand ils ont divorcé, que ma mère s'est retrouvée sans boulot et avec des dettes, il y a eu une période vraiment difficile financièrement parlant. Maintenant, ma mère ne travaille plus (elle ne pourrait pas d'ailleurs), mes je touche des bourses, mon frère travaille et mon père nous aide un peu, donc ça va. Enfin voila, tout ça pour dire qu'on n'a jamais été larges financièrement, mais en même temps j'ai jamais considéré qu'on été défavorisé. Ma mère s'est toujours débrouillée pour nous payer l'école privée quand même : pas les grands trucs de bourgeois avec les Marie-Chantal et Pierre-Louis (comment ça je caricature ? Moq), non juste le petit lycée/collège privé avec des gens de tous horizons et toute classe sociale. Je suis à l'aise avec tout le monde à partir où les gens n'en font pas trop, que ce soit dans un sens (celui qui a les moyens et le fait bien savoir à tout le monde, même parfois inconsciemment) ou dans l'autre (celui qui se victimise en permanence). A la fac, je côtoie malheureusement beaucoup de la première catégorie, et ça me met souvent mal à l'aise !! Mais bon on s'habitue. Et je me retrouve dans ce que dit Khiera, ce sont des gens qui ont suffisamment d'éducation pour pas te dire directement le truc, mais qui savent très bien te faire sentir que tu corresponds pas. Je les évite donc autant que faire se peut.

NewSlang
Vieille branche
Vieille branche


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tes origines et ton milieu social dans ton quotidien

Message par Invité le 20.11.10 13:00

Je suis guadeloupéenne. J'ai grandi au milieu de petits blancs dont les parents étaient aisés de Vincennes. De ce que je me souvienne, je n'ai jamais eu de problème pour m'intégrer, ça me semblait normal de jouer avec des petits enfants blancs alors que je suis mate de peau.

Je viens d'une famille modeste, mes parents ne gagnent pas énormément d'argent et ont des dettes mais je n'ai jamais manqué de rien.

Quand je suis rentrée au collège j'ai commencé à me rendre compte que j'étais différente non pas à cause de ma couleur de peau mais à cause de la situation financière de mes parents. Mes camarades avaient des vêtements de marque, ce genre de choses, mais pas moi et j'ai commencé à me sentir assez mal à l'aise dans cette situation.

Sinon, je ne pense pas avoir déjà été victime de racisme. Que ce soit au niveau professionnel ou personnel. J'ai toujours pu travailler là où je voulais et jusqu'à présent je ne suis sortie qu'avec des garçons blancs.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tes origines et ton milieu social dans ton quotidien

Message par Charlie le 20.11.10 14:09

Je suis métisse : mon père est d'origine martiniquaise, né à Tahiti, et ma mère, originaire du centre de la France, est né dans le 18ème à Paris.
Mes deux parents ont grandit à Sarcelles (95), au début des HLM, des cités tout ça tout ça, et ce sont leurs meilleurs souvenirs. Cependant en grandissant, ils ont vu leur quartier se dégrader, les gens changer; résultat? Je suis née et j'ai du passer 1 mois de ma vie là-bas Moq. Ils ont déménagé dans une ville pas trop loin : moins ghetto, mais tout de même quartier.
Très vite, mon père (sans n'avoir rien fait comme études, je le hais pour ça) a réussi à très très bien gagner sa vie. On a failli le rejoindre d'ailleurs à Londres (il bossait et habitait là-bas à l'époque), mais ils ont préféré qu'on grandisse dans le même milieu social dans lequel ils ont vécu, afin qu'on ne tombe pas un univers, un monde qu'ils ne connaissaient pas et qu'ils craignaient un peu. Du coup, j'ai grandit jusque 13 ans dans mon "ptit ghetto" comme j'avais l'habitude de l'appeler haha. Je trainais avec tout plein de monde : j'allais chercher mon pain chez Momo, je trainais avec mes potes tchèques, arméniens, chaldéens, kainfs, français de souche, et vivaient des amourettes avec les asiats haha! Mais faut le dire, j'étais un peu pommée : aux yeux de mes potes renois, j'étais blanche et pour mes potes blancs, j'étais noires. Du coup, j'adoptais plus ou moins une position caméléon, c'est à dire que je changeais de comportement en fonction des gens avec qui je trainais. Et je vivais les aprioris des deux côtés : blancs VS gens de couleurs. Enfin, ça n'allait pas bien loin, à 13 ans, on mesure pas trop ce que l'on dit.
Sinon, j'étais aussi plus ou moins en décalé avec mes potes : je partais en vacances à chaque petites vacances scolaires, je pratiquais plusieurs activités, sports&co, je faisais des sorties culturelles, etc... Et mes potes dans la majorité n'avaient pas la possibilité de faire tout ça. Ce qui fait que peu à peu, on m'a donné le statut de "gosse de riche".

Bref, à mes 13 an, gros changement. Je déménage dans une ville en banlieue toujours, mais plus au nord. Je passe d'un quartier chaud à une des villes du 95 les plus chicos/prout-prout et j'en passe. Gros choc culturel quand je débarque en 3ème dans un nouveau collège avec mes baggys, mes air-force ONE, mes t-shirts de baskets & compagnie dans un collège réputé comme étant l'un des meilleurs, remplis de fils de. L'adaptation s'est faite progressivement, avec quelques difficultés. Ce qui m'a choqué le plus dans ce collège, c'était les remarques du genre : "ah mais toi t'es renoi, enfin métisse, claire quoi, mais tu n'es pas comme eux". HUM.
Bref, je me retrouve ensuite dans le meilleur lycée du 95 pareil, accompagnée de mes fils de, toujours, mais aussi de gens appartenant plutôt au milieux social dans lequel j'ai grandit jusque mes 13 ans. Mix social.

À la fac, où je suis à présent, c'est encore plus différent. J'ai quitté la banlieue pour la capitale, et en plus d'une discrimination pour ma couleur, j'ai subis une discrimination pour ma banlieue!

Au final, je ne sais pas si je me suis trouvée encore. Je crois que quand on est issu de cultures complètement différentes, c'est difficile de trouver le juste milieu, d'être en parfaite harmonie avec ses deux côtés. En tout cas, c'est mon cas. Mon côté antillais, j'essaie seule de me l'approprier (mon père, l'antillais, ne m'a jamais parlé en kréol, ne m'a jamais vraiment initié à cela, lui ayant grandit à Tahiti et Sarcelles!).

Charlie
Ex-membre des comités
Ex-membre des comités


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tes origines et ton milieu social dans ton quotidien

Message par Valkyrja le 20.11.10 16:36

MIA a écrit:Je crois que quand on est issu de cultures complètement différentes, c'est difficile de trouver le juste milieu, d'être en parfaite harmonie avec ses deux côtés. En tout cas, c'est mon cas. Mon côté antillais, j'essaie seule de me l'approprier (mon père, l'antillais, ne m'a jamais parlé en kréol, ne m'a jamais vraiment initié à cela, lui ayant grandit à Tahiti et Sarcelles!).

Je suis très d'accord avec ça !

Ethniquement je suis martiniquaise, suisse et syrienne, mais à la différence de MIA les blancs me considèrent pas comme noire et vice versa, en fait je ne ressemble à rien de connu Moq J'ai l'air ni noire, ni vraiment blanche, ni arabe, j'ai l'air de rien mais un peu des trois à la fois quand même, et de fait les gens arrivent jamais à trouver du premier coup d'où je peux venir (ils ont tout essayé, d'espagnole à algérienne x)) , je sais pas s'ils se posent même la question, ça dépend. L'avantage c'est que j'ai jamais à ma connaissance été rejetée à cause de mes origines, je suis un peu passe partout peut-être. Je m'y suis habituée en tout cas, j'aime bien l'idée qu'on puisse pas me mettre dans une case.

Pour mon milieu social c'est un peu pareil donc, classe moyenne mais j'ai fréquenté une école privée catholique petite (d'ailleurs y avait des gens de tous milieux sociaux, à croire qu'ici même les écoles privées sont pas vraiment socialement élitistes, du moins pas celle ci), puis un lycée public après donc finalement j'ai des amis de tous milieux sociaux, ça doit être le fait d'être un peu entre deux, je sais pas. De même, j'ai jamais senti de clivage réel.

Cela dit ça peut aussi être dû à l'environnement, parce que j'ai l'impression que les inégalités sont moins apparentes ici, surtout socialement, qu'en France, on n'a pas de banlieue et les classes sociales se mélangent peut-être plus, surtout dans une petite ville comme la mienne (Genève doit être différente). Du coup c'est pas tellement possible de discriminer quelqu'un parce qu'il vient de tel ou tel quartier. Il y a peut-être un clivage ville-campagne, dans le sens que les gens, surtout les jeunes, de la campagne fréquentent pas les mêmes lieux que ceux de la ville, donc ont pas le même vécu, et moi je me sens souvent déplacée à la campagne parce que complètement citadine ! Mais c'est pas une réelle discrimination.
En fait les gens sont peut-être moins expansifs aussi, s'abordent moins sans se connaître, d'où l'absence de remarques sur mon origine quelle qu'elle soit. C'est une impression, je sais pas trop.

Valkyrja
Vieille branche
Vieille branche


http://valkyrja-tenderisthenight.blogspot.ch/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tes origines et ton milieu social dans ton quotidien

Message par Pandore le 20.11.10 18:00

-


Dernière édition par Pandore le 08.09.13 21:48, édité 1 fois

Pandore
Belle Plante
Belle Plante


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tes origines et ton milieu social dans ton quotidien

Message par Guarana le 20.11.10 19:45

Il est super intéressant ce topic !

D'abord en ce qui concerne mes origines, je suis française . Et ma famille maternelle et paternelle sont opposées, totalement opposées . Ma famille paternelle est bretonne, catho à fond, il n'y a que des blonds à une exception près . Ils ont hébergés et nourris des allemands lors de la seconde guerre . Mon grand père est un ancien gendarme très engagé, pro-colonialiste .
Au même moment, ma famille maternelle vivait au Maroc et en Algérie, c'est à la fin des années 60 qu'ils ont tous déménagés en France . Niveau religions, on est majoritairement athée, une partie est catholique et l'autre juive donc c'est plutôt métissé ( enfin en prenant en compte famille ET famille éloignée car de ce coté on très proches et nous formons une famille XXL ahah) .

Côté fric, dans le passé ni le côté paternel ni le côté maternel n'était riche . Alors du coté du père c'était campagne-potagé, de l'autre c'était " on vit comme on peut au Maroc " finalement mon arrière grand père a reprit son poste d' architecte en trouvant son bonheur professionnel dans le sud de la France . Aujourd'hui, ma famille paternelle est d'un milieu social aisé, une partie est partie à Hong-Kong, l'autre à Paris pour les affaires . Et côté maternelle, c'est pas mal la galère, certains ont été SDF .

J'aime donc le métissage de ma famille . Mais ils sont tellement différent que forcément j'ai du mal avec certains : j'ai jamais vraiment accroché avec mes grands parents paternels, ils m'ont écœurée dès petite . Même aujourd'hui, les rares fois ou je les voies, ils ne me parlent d'études, de fric, de religion et de politique . Ils n'aiment pas parler d'autres choses que ça, on a pas les mêmes opinions et en plus ils critiquent ma famille maternelle " ces .. africains", et ma mère ils ne l'ont jamais aimé ... Donc voila, tout ça pour dire que même dans une famille il peut y avoir de l'intolérance .

Mes parents la dedans, sont divorcés . Alors mon père, patron de deux entreprises, est bien riche . Ma mère ayant arrêté les études à 16 ans ne trouve pas de boulots, on vit des richesses de mon père ... et on a pas trop le choix, même avec l'aide financier ma mère est casi tout le temps à découvert ( mais ça c'est assez récent ) . Ma mère dépense beaucoup trop pour des trucs chères et inutiles ..
On a vécu d'abord en appart' à Orléans, puis dans les alentours de Rennes dans des maisons . Mon père habite à Orléans et à Rennes dans des maisons/quartiers pas très aisées non plus .

Moi la dedans ... Étant blanche je n'ai jamais eu de soucis dans la rue par rapport au racisme . Jamais je n'ai eu à faire à du racisme anti-blanc . Le fric, je ne peut pas dire que je m'en tape que mon père soit riche car grace a lui, ma mère ma soeur et moi avons un toit et de la bouffe . Mais je ne m'en vente pas et je n'ai jamais de probleme style " salle riche " . Juste on me regarde parfois de travers au lycée quand mon père me dépose le jeudi midi ( costard cravate mercedes 200C oblige ), mais je m'en tape . Enfin au fond, j'ai honte, je ne saurais expliquer pourquoi . Les trucs riches et le fric c'est pas mon kiffe enfaite, peut-etre pour ça . Bref j'ai jamais eu de problèmes et je suis vue comme une fille de milieu aisé ( pour ceux qui me connaissent ) mais surtout pas comme une fille matérialiste, pourrie gatée .


Ouh le pavé Embarassed c'est possible que ça parte en HS :s .


Dernière édition par Mightyopium le 20.11.10 23:46, édité 5 fois (Raison : c'estbon jarrètedéditer!)

Guarana
Racine
Racine


http://charlynezub.e-monsite.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tes origines et ton milieu social dans ton quotidien

Message par Thunder le 20.11.10 20:26

Je suis française "pure souche", de tous les côtés, je n'ai jamais été victime de racisme anti-blanc ni de quoi que ce soit dans le genre. Donc plutôt rien à signaler dans mon cas.

Par contre le post de Kizye m'a rappelé quelque chose d'extrêmement désagréable : quand tu es blonde aux yeux bleus et à la peau claire (ce qui ne veut surtout pas dire qu'on est français pure souche d'ailleurs comme tu le soulignes bien : j'aurais très bien pu être polonaise par exemple) j'ai effectivement l'impression que les racistes pourris se font un plaisir de cracher leur venin dans tes petites oreilles, comme si toi, bonne française, tu allais leur dire "oui monsieur vous avez tellement raison". Ca m'est arrivé plusieurs fois : ma dentiste, qui m'a dit d'un air horrifié et ENTENDU (horrible), que "dans le collège de ma fille c'est l'horreur, il y a des noirs, des arabes, et même (et là elle a baissé d'un ton genre "prépare-toi au pire")... des chinois..." putain mais j'étais scandalisée.

Bref voilà un peu HS mais ça m'a rappelé cet aspect désagréable d'avoir l'air trop français parfois (lol).

Thunder
Racine
Racine


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tes origines et ton milieu social dans ton quotidien

Message par Reykjavik le 20.11.10 20:27

Je suis loin d'être typée vu que je suis belge et allemande (et russe et d'autres aussi mais de très loin). Je n'ai donc jamais connu le racisme mais je le côtoie maintenant que je suis à l'unif. Enfin là n'est pas le sujet.

Pour ce qui est de mon milieu social, là ca a été beaucoup plus dur.
En maternelles et primaires, j'étais dans une école, certes communale mais remplie d'enfants (je dis bien enfants, pas parents!) qui portaient des vêtements DKNY, Burberry etc, (enfin pour les vêtements, chacun fait ce qu'il veut) et qui, à la récrée) faisaient des "concours" pour savoir qui avaient le plus d'argent dans sa poche (à 8 ans ..), qui se ventaient d'avoir été à N-Y, Miami etc pour le week-end (je me souviens d'ailleurs que, m'étant renseignée sur NY, j'avais demandé à l'un d'eux s'il aimaient le Central Park et qu'il m'avait dit que c'était un magasin comme un autre, j'avais ris, mon dieu !). Tout ca pour dire que j'étais tolérée plus que tolérée par ceux ci du fait du statut de mes parents & grand-parnets même si je n'ai jamais "bénéficié" de tout ce qu'ils avaient (chauffeurs etc) (bien que j'avais un gsm ! (pour appeler mon père quand il oubliait de venir me chercher) SOIT). D'ailleurs j'aimais beaucoup les ""pauvres"" comme ils les appelaient (à savoir des personnes riches mais moins qu'eux. AH AH.)
C'était pas les pires années de ma vie mais disons que c'est loin d'être les meilleures.

Après, je suis allée dans une école secondaire moins prestigieuse, parce que je n'aimais vraiment pas la mentalité des personnes avec qui j'étais en primaire (en fait, quand je vois ce qu'ils sont devenus, je suis contente de ne pas être allée dans la même école qu'eux, on est 5 (sur 60) à ne pas être allée dans cette école là), là j'ai rencontré des personnes différentes et ca m'a fait un bien fou. J'ai rencontré de vraies amies bien que je me suis toujours sentie un peu "exclue" dans le sens où j'allais chez IKKS ou Hilfiger quand elles allaient chez H&M (avant mes 16ans, je n'étais jamais allée chez Zara ou H&M ou autre, c'est pour dire). Mais j'ai pas non plus ressenti un fossé entre elles et moi, et ca c'est génial. On ne parlait pas d'argent, on parlait juste de ce qu'on aimait et c'etait bien.

Puis, bien sur, on a grandi et maintenant que je suis à l'unif, à HEC, je me retrouve avec des personnes de tout horizon (dont celles avec qui j'étais en primaire et une personne de secondaire) et là je ressens ce "fossé", dans la mesure où je la plupart de mes amis sont beaucoup beaucoup moins "riches" que moi. Et avec l'age et les appartements/kots, forcément, l'argent est un sujet qui revient parfois. Et là je me sens vraiment exclue vu que je n'ai jamais connu la dech', je ne me suis jamais privée de rien.
Au début, quand j'ai rencontré ces personnes là, j'avais peur de ce qu'elle allaient pensé de moi. Ce qui est drôle, c'est que je n'osais pas mettre mes "beaux" habits pour les voir, je prenais mon vieux Nokia en soirée plutôt que mon Iphone etc de peur qu'on me catégorise comme la "fille de Bourges" (Bourges n'est pas vraiment un compliment dans ma ville !) et c'est ce qu'ils ont fait. Et ca fait mal. Enfin, maintenant, ca a changé, on m'a dit que j'étais "Bourges matériellement (dans le sens ou j'ai des belles choses "chères") mais pas mentalement". Et ca, ca me fait plaisir.

Tout ca pour dire que le sentiment d'exclusion peut venir des deux côtés.

Reykjavik
Belle Plante
Belle Plante


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tes origines et ton milieu social dans ton quotidien

Message par Heyou le 20.11.10 22:21

Je suis franco-hollandaise, père breton et mère hollandaise donc influences nordiques et je suis...blanche et blonde aux yeux bleus, comme c'est surprenant! Mon père est donc d'origine bretonne, noble (il est vicomte haha) et ça se ressent clairement dans la famille du côté de mon père (catho, vouvoiement etc) même si au fur et à mesure du temps, je constate quand même que ce côté de ma famille est beaucoup moins à cheval sur le respect des bonnes manières, la politesse, la religion et tout le tintouin, on va dire qu'il y a un peu de relâchement Moq mais ça reste quand même assez retenu. Les réunions de famille sont très cérémoniales mais bizarrement tout le monde se sent à l'aise, c'est un peu spécial comme ambiance, comme si c'était nécessaire quelque part.
Malgré le fait que la famille soit aristocrate, les parents de mon père vivaient chichement, mon père a grandi à Nantes sans connaitre le luxe, loin de là. Néanmoins, les valeurs étaient là et sont restées.

Gros décalage du côté de ma mère qui a grandi dans la campagne hollandaise de parents paysans. Ma mère a commencé à travailler dans les champs à l'âge de 12 ans, est partie de chez elle à 16 ans et à 18 elle étudiait la mise en scène dans la meilleure école de théâtre d'Asterdam.

Mes parents se sont rencontrés en Bretagne pour faire les traversées d'un 3 mâts entre les Antilles et la Bretagne pour plusieurs années, où mon père barrait et ma mère faisait à manger à bord pour tout l'équipage et un groupe de personnes différent à chaque traversée qui était composé de gens en difficulté sociale, mentale. Une expérience hors du commun qui les a marqué à vie, des années de bonheur et de fric accumulé aussi. Ils ont vraiment vécu la jeunesse idéale, ils faisaient du bateau, sans avoir fait d'études et gagnaient une blinde.

Aujourd'hui je vis dans un milieu aisé, on a une grande maison bourgeoise en centre ville, nous faisons de la voile, on part en vacances régulièrement. Malgré cela, et en dehors de ces symboles "extérieurs" de cette aisance, il est de nature dans la famille de ne pas montrer cet argent. On n'achète pas de fringues hors de prix, on a des voitures un peu pourraves, on mange rarement au resto, on s'offre quasiment pas de cadeaux. Je pense que cela vient aussi de l'éducation venant de mon père et de ces valeurs qui restent ancrées loin très loin des coutumes américaines, de la culture du fric tape à l'oeil et du m'as tu vu.
L'autre genre de valeurs transmis par mon père est celui d'une vie quotidienne relativement cadrée : on mange tous les soirs à table, tous ensemble, on doit attendre que tout le monde ai fini pour sortir de table, on ne va pas aux toilettes pendant le repas, on aide tous aux tâches de la maison, on ne dit pas de gros mots,...

Je n'ai jamais été victime de discriminations par rapport à ça parce que je montre très peu ce côté "noble", seuls les gens qui viennent chez moi découvrent l'envers du décor. Le seul signe qui me trompe c'est mon nom de famille, qui renvoie clairement à la noblesse : En gros ça donne Le Mai*** de Ker***** (assez chiant à marquer sur les copies et à épeler aux profs d'ailleurs) et j'ai eu évidemment droit à des "Han la bourge!" et autres réjouissances mais je m'en fous, ça me fait plus rire qu'autre chose.


Heyou
Indéracinable
Indéracinable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tes origines et ton milieu social dans ton quotidien

Message par greymalkin le 20.11.10 22:49

En ce qui me concerne, mes deux parents sont nés en France, les parents de mes parents aussi, et à ma connaissance, il en va sûrement de même pour la génération précédente. Aucune originalité à revendiquer (malheureusement!), mon historique est terriblement ennuyeux. Ca vote à droite gentil, ma mère et son père ne se sont toujours par remis du départ de Giscard, mais ça change à notre génération, avec mes frères et soeur. Ma grand mère dit des choses comme "à Paris, on est heureux !" pour vous poser le tableau... Difficilement plus classique et sans aspérité quoi.

J'ai vécu mon enfance, adolescence en "banlieue +" (92), collège et lycée privée catho, je n'ai été victime d'aucun préjudice, j'étais absolument dans la norme : enfant blanche parmi des enfants blancs, qui font du latin, partent au ski l'hiver. J'ai rapidement acquis une petite renommée parce que ma mère est médecin, pédiatre qui plus est, et elle soignait environ le 1/3 de ma classe... Sa réputation me précède encore, il y a deux jours je donne mon nom à une personne, sa réponse "comme le dr B. ?" "oui, je suis sa fille". Pour moi rien d'anormal, quand on a un parent médecin on connaît assez naturellement des tas d'enfants médecins, mais "le reste de la société" se charge de te faire sentir que tu appartiens à une classe socio-professionelle aisée.

Ce qui reste en général vrai, j'ai effectivement eu une vie privilégiée. Du côté maternel à la base, rien de spécial : la famille de ma mère était de classe moyenne + (juste assez pour envisager faire des études après le bac). Du côté paternel, famille parisienne plutôt franchement aisé / bourgeoise / éduquée depuis un moment (une photo de classe montre que ma grand tante est allée au lycée en 1915! Plutôt rare pour une fille à l'époque!), il n'y a plus que mon père pour la représenter et il a pu hériter de... nombreux logements. Mes parents se sont rencontrés étudiants à Paris et vivent aujourd'hui confortablement, permettent à mes frères et soeurs de vivre confortablement, mais l'argent n'est pas franchement une fierté, ni une honte d'ailleurs.

Depuis petite j'ai appris que l'argent était un moyen et non une fin, et ça prend toute sa signification avec l'usage qu'en font mes parents (et par extension, l'usage que j'en fais, en tout cas pour le moment). Comme chez Heyou il était dépensé, et souvent en loisir : on achetait presque jamais les objets matériels derniers cris mais on est beaucoup partis en vacances, mes parents insistaient pour qu'on jouisse d'un certain confort matériel, on a pu exercer des activités / sport connotés "csp +", mais seulement parce que mes parents y voyaient un intérêt, pratiquaient ces sports eux mêmes, et voulait partager ces activités avec nous. Pas par soucis que l'on fréquente "les bonnes personnes".

C'est un peu différent par exemple du côté du peu de famille que j'ai : mes cousines vont dans des rallyes à Paris et mon oncle est complètement boursouflé de fierté à l'idée qu'elle fasse "un bon mariage" comme au 19è. Franchement ça me soulage de pas avoir à supporter ce cirque et dans mon for intérieur je suis contente de ne vivre que "les bons côtés d'avoir des parents aisés" (que je vois évidemment comme bons car j'y suis habituée).

Je me suis que très rarement sentie mal de venir du milieu d'où je venais, parfois dans la famille de mon copain qui vient d'un milieu plus modeste et donc qui complexait un peu. En fait même si ça m'a toujours arrangée de pouvoir bénéficier des connections / opportunités que m'ont offert mes parents (je ne suis pas dupe, je leur dois tout : mes petits boulots, le loyer que je paye, la possibilité de faire de longues études absolument pas "rentable"...), je ne suis pas obnubilée par leur milieu social et leurs accomplissements professionnels, mais on a généralement tôt fait de me le rappeler. C'est comme ça ! Mes parents eux n'ont jamais souligné ce trait, ils insistaient beaucoup plus sur "dîner en famille", "travailler le solfège et le violon" et s'abstenaient de tout commentaire sur nos possessions ou train de vie. C'est seulement à la fin de l'adolescence (j'étais pas bien futée) et à cause de commentaires de mes pairs, que j'ai réalisé que probablement oui on pouvait dire que ma famille était aisée, probablement peut-être plus que la moyenne. Je trouve ça plutôt sain, j'aurai détesté que mes parents cultivent une fierté ostentatoire vis à vis de cette position privilégiée, que je peux pas m'empêcher d'associer à de la vulgarité.

De l'extérieur, il faut avouer que je ne me suis jamais franchement mélangée : je suis allée du lycée catho en hypokhâgne/khâgne puis la Sorbonne puis l'Ehess, je n'ai vraiment aucune idée de comment je suis perçue. On me voit sûrement comme un peu bourge quand même. Entre mon lieu de vie et les lieux de villégiature on m'associe sûrement aux Marie-Chantal au serre tête et mocassins.

greymalkin
Ex-membre des comités
Ex-membre des comités


http://withacertainsmile.blogspot.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Tes origines et ton milieu social dans ton quotidien

Message par Gatsby le 20.11.10 23:33

Tout comme Grey mon historique familial est plutôt très ennuyeux. Je suis française avec un physique tout ce qu'il y a de plus banal. Mes seules origines sont belges (Nord oblige) mais c'est tout.

Je dirais que je suis dans la classe moyenne peut être un peu au dessus. Mes grands-parents paternels avaient une ferme, puis un cabinet d'assurance, là ça a bien marché pour eux. Donc mon père n'a jamais vraiment galéré. Du côté de ma mère, mon grand-père était instituteur de ce côté là non plus pas grand chose à faire remarquer, c'était plutôt modeste mais ils s'en sortaient sans trop de problème. Mes parents ont commencé assez bas, ma mère conseillère à l'Anpe puis elle s'est lancée dans la politique, mon père a très vite gagné de l'argent dans l'import export du textile, a fini par se mettre à son compte et ça va faire dix ans que malgré quelques crises ça suit son cours.
On a jamais manqué de rien chez moi, on a toujours eu de grandes maisons (certes dans une ville assez pourrie, dans les plus pauvres de France), on part régulièrement en vacances, mes parents ont les moyens de me payer un appart, de payer l'internat pour mon frère et toutes les dépenses qui s'en suivent et ce même lorsque ma mère a arrêté de bosser ces 6 derniers mois.
Par contre, malgré ma ville vraiment pourrie, je suis toujours allée dans le public dans les "bonnes classes" : classe musicale en primaire pas de souci, la même chose au collège et ça a été un peu le choc des cultures, on était les "lulus", les "bourges" alors que personnellement par rapport à toutes mes amies j'étais de loin celle qui avait le moins de thunes.
A un moment on a vécu dans un quartier vraiment difficile (mes parents ont le chic pour trouver des supers maisons dans les quartiers pourris...) . La crise de 2005, je l'ai vécue en direct de mes fenêtres et là le racisme "anti blanc" était vraiment présent. J'avoue ne l'avoir jamais compris puisqu'on m'a éduquée de manière plutôt ouverte sur le monde et les autres cultures.
Voilà (j'ai du me perdre un peu en cours de route et quitter le sujet Very Happy)

Gatsby
Vieille branche
Vieille branche


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tes origines et ton milieu social dans ton quotidien

Message par Mimosa le 25.11.10 22:09

.


Dernière édition par Yaë le 20.07.13 15:43, édité 1 fois

Mimosa
Indéracinable
Indéracinable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tes origines et ton milieu social dans ton quotidien

Message par Sugarfall le 26.11.10 8:48

Ma mère est française et mon père est Turc.
Je suis née et j'ai grandis ( et d'ailleurs vis toujours ) dans une cité.
Je ne me suis jamais sentie à l'écart, j'ai fréquenté des écoles où tout le monde venait un peu du même milieux, des ZEP et tout ça. Je suis vraiment une fille lambda d'Argenteuil. Rien à signaler on va dire.
Je viens d'une famille modeste, je suis certes fille unique, mais il n'y avait qu'un salaire. Je n'ai pour autant jamais manqué de rien. J'étais même trop gaté, mais ça ça vient surtout de mon statut de fille unique. Ma mère préférait me faire plaisir, que de se faire plaisir. On ne partait pas tout le temps en vacances, mais j'avais des petits cadeaux au cours de l'année.
Après depuis que je travaille, c'est vrai que parfois je me sens un peu à l'écart, je viens d'une famille modeste, alors pour moi l'argent n'est pas forcement une priorité, j'ai pas vraiment envie d'être riche. J'ai été heureuse sans avoir énormément d'argent. Alors quand des personnes me disent qu'ils veulent gagner 4 milles euro par mois, moi je m'en fou, j'ai jamais eu autant d'argent. Je suis sorti aussi avec un "fils de riche" qui avait des sous grâce à ses parents mais aussi grâce à lui. Et c'est vrai que ça n'a pas duré à cause de ça. Un univers nous séparait. Mais sinon non. Vraiment rien à signaler, j'ai pas honte d'où je viens, jamais été victime d'une discrimination

Sugarfall
Indéracinable
Indéracinable


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tes origines et ton milieu social dans ton quotidien

Message par Artémise le 01.12.10 0:48

Hum. Je dirai que je suis originellement un cas social...
Disons que j'ai pas manqué de handicaps sociaux dans la vie : père inconnu, mère handicapée, d'origine maghrébine, pauvre, le reste de la famille complètement cinglé. J'ai aussi connu la rue étant plus jeune. Étrangement, j'ai pas l'impression de porter les stigmates d'une vie aussi dure. Les restos du cœur, Emmaüs, les aides alimentaires, le calcul du budget à la fin du mois au centime près m'ont surtout endurcie je crois, bien que j'ai des périodes de gros bad où je maudis ma vie. Disons qu'être pauvre (selon les critères du seuil de pauvreté je parles) est une chose mais en plus ne pas avoir une famille qui nous épaule, ne pas avoir connu de père et supporter le handicap de sa seule famille, sa mère, c'est un peu beaucoup pour une personne dans notre société je trouve. Je sais jamais si c'est très égocentrique de penser ça, mais je trouve ça plutôt sain d'avoir conscience que je cumule les handicaps et que seul mon libre arbitre fera m'en sortir.

Financièrement, ma mère arrive à très bien s'en sortir depuis quelques années. Évidemment l'appart n'est pas luxueusement équipé, il n'y a qu'une chambre, mais enfin je m'estime particulièrement chanceuse de pouvoir partir chaque année en vacances avec ma mère. Elle a toujours été très bonne gestionnaire. Très radine dans certaines dépenses, comme les fringues, les gadgets à la mode, les sorties, etc mais elle a toujours fait en sorte qu'on mange bien, que je me cultive un minimum. Alors évidemment j'ai beaucoup souffert de ma pauvreté étant plus jeune, en primaire et au collège, car c'était ma mère qui m'habillait avec les moyens du bord et j'étais souvent raillée. J'étais plutôt solitaire et asociale à cette période. Au collège aussi, mais je m'étais dégotée un style, gothique, et je me démarquais par cela et non plus par mon milieu social. Pourtant j'étais dans un collège classé ZEP, mais faut bien admettre qu'une mère célibataire est toujours plus pauvre qu'une famille nombreuse, donc j'étais genre la pauvre des pauvres haha. Mais bref, au collège je me dis que cela aurait pu être pire. Je me suis fait un groupe d'amis assez hétérogène par rapport à mon style, et j'imposais un certain respect, parce que la vie m'a toujours appris qu'on se faisait bouffer en étant gentil, donc j'étais perçue comme une grande gueule, au cœur fragile mais bon.

J'ai été discriminée de manière indirecte, je n'allais jamais au cinéma, c'était un luxe. Je ne partais pas en vacances avec des amis, et je n'avais/n'ai personne pour m'aider sur le plan scolaire. Mais personnellement la discrimination je la ressens plus sur l'éducation que m'impose ma mère : très peu de sorties, interdiction de sortir le soir, je peux découcher genre 2/3 fois par an. Et encore maintenant, je reste pudique vis-à-vis de ça, je n'aime pas épancher mes malheurs dans la vraie vie, du coup je perds régulièrement des potes qui considèrent que je ne fais aucun effort pour les voir. Sur le plan scolaire j'ai pas mal décroché à un moment, et j'ai redoublé. Savoir s'il a un lien plus ou moins direct avec mon milieu je n'en sais rien. Par rapport à mes origines ethniques, je suis métisse, espagnole et algérienne, et il semblerait que ma tête passe partout car on me sort bon nombre d'origines farfelues, j'ai eu droit à tout je crois. Haha, sauf noire et asiatique j'admets, quoique on m'a déjà dit que je faisais pakpak...

Au lycée ça allait mieux, parce que j'ai eu la bourse au mérite et que ma mère me laisse la dépenser plus ou moins comme je l'entends. Depuis que nos budgets sont séparés je me fais plus plaisir, largement. Maintenant je sais que le milieu social n'est pas qu'un handicap financier, c'est surtout sur le plan relationnel que cela pose problème. Par exemple je n'ai jamais réussi à trouver un job de baby sitting malgré les innombrables annonces posées, parce que cela se fait par bouche-à-oreille et que ma mère est profondément isolée. Si un jour j'ai besoin de cours particuliers, je peux m'asseoir dessus, c'est au-dessus de mes moyens comme ceux de ma mère... ça me fait chier parfois de devoir me battre. L'égalité des chances n'est qu'un leurre... l'idée d'y croire me fait doucement rire. Si cela existait vraiment, il n'y aurait pas des écoles de commerce privées à 30 000 € l'année. Ni des prépas privés. D'ailleurs ma mère a fait un sacrifice immense et me donnant une partie de ses économies pour financer une prépa privée pendant la terminale pour l'examen d'entrée de Sciences Po. Je lui en suis infiniment reconnaissante, et d'un autre côté, agir comme cela, c'est prouver que, oui, on peut être pauvre tout en dépensant son argent pour autre chose qu'un écran tv plasma !


Dans mon malheur je pense que j'ai de la chance... énormément de personnes que j'ai fréquentées ces dernières années n'ont pas réussi autant que moi, sont déscolarisées ou dans un milieu professionnel qu'ils n'ont pas choisi. Pourtant je ne me considère pas comme un modèle de réussite, loin de là, j'ai beau avoir un but, une motivation, une sacrée culture pour le milieu d'où je viens (par rapport à la culture de ma famille), j'ai pas l'impression d'être une fierté pour ma mère... j'ai redoublé une fois, en rejetant la faute sur tout le monde... rien qu'un peu sur moi... et, cette année, j'espère entrer à Sciences Po alors que le bulletin de mon 1er trimestre n'est même pas suffisamment bon pour que je sois acceptée dans un bi-cursus. Pourquoi je bosse pas ? milieu social défavorisé ? je crois pas.

Artémise
Ex-membre des comités
Ex-membre des comités


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tes origines et ton milieu social dans ton quotidien

Message par Freedom le 01.12.10 4:16

Je suis blanche, une mere sortie de milieu tres aise, un pere qui a galere comme un fou pour se payer ses etudes et s'est fait traite de tout les noms quand il vivait en france parce qu'il est ne et a vecu au maroc une bonne partie de son enfance. Mes parents sont riches, je peux pas le dire autrement c'est le cas, c'est comme ca. Mais je suis tres fiere d'eux. Ils travaillent parfois plus de 12heures par jour, ils sont kines dans le "grand nord" de la nouvelle caledonie, et il y a deux ans de ca, les blancs dans cette partie de la nouvelle caledonie devaient se compter sur les doigts de deux mains.
Et c'est la ou j'ai grandis, dans une maison tout a fait modeste, dans une maternelle/ecole/college entouree de noirs, et avec comme amis des gamins pas du tout sorti de milieu aise, au contraire. Mes parents ont toujours fait tres attention a ce que ma soeur et moi ne nous prenions pas pour des princesses hautaines sous pretexte qu'on avait de l'argent, en fait jusqu'a un certain age je savais pas qu'on en avait.
Enfin.. les choses se sont un peu compliques au college, parce qu'on grandit, parce qu'on commence a connaitre notre histoire, et l'histoire des blancs par chez moi elle est pas bien jolie... alors j'ai commence a avoir honte et on a commence a me taper dessus. Ma soeur particulierement s'est pris des claques pendant 4 ans de sa vie, blonde a la peau tres blanche ca passait moins bien que brune a la peau bronzee. Bref, on en est pas morte, on a grandit avec ca et justement ca m'a simplement donne envie d'arranger les choses. Ca ne nous a jamais rendu raciste, nos parents ont toujours trouve le temps de nous expliquer le pourquoi du comment, et au final ceux qui nous donnaient des claques finissaient toujours par nous accepter et nous apprecier.
Puis j'ai change de ville, pour mon lycee, et la ca a ete comme un choc des cultures pour moi. Je me suis retrouvee qu'avec des blancs, riches fils a papa a Noumea, la capitale blanche!! Ces trois ans de lycee sont les plus mauvais souvenirs de ma vie, parce que ces gens sont absolument detestable et que le degre de racisme dans cette ville est incroyablement aberant! Combien de fois j'ai entendu des blancs jure "sale kanaks de merde" et combien de fois je me suis pris dans la gueule des "salope de blanche, retourne chez toi conasse" quand je marchais simplement dans la rue. C'est comme ca tout le temps, et c'est intenable vraiment.

Et pourtant, maintenant je me sens ni blanche ni noire vraiment, j'aime dire que je suis une citizen of the world, je deteste toute ces histoires de couleurs. J'ai enormement d'amis noirs, aucun prejuges dans la famille, ma soeur sort avec un arabe depuis plusieurs mois maintenant. Tout va bien, et je remercie mes parents.

Freedom
Belle Plante
Belle Plante


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tes origines et ton milieu social dans ton quotidien

Message par Ydessa le 01.12.10 6:17

Je suis Française, grande blonde-rousse aux yeux bleus, on me prend au choix pour une Allemande, une Hollandaise, une Suédoie, Irlandaise et le mieux un Français ici à qui je n'avais pas parlé de la soirée juste pour lui dire "au revoir" m'a dit "je savais pas bien que tu étais européenne mais je ne voyais pas de quel pays".
Bref, milieu social assez modeste. Quand j'étais petite c'était plus simple > 3 enfants mais 2 salaires. Tout a changé quand la boîte où bossait ma mère a fermé. Moins de vacances (voire plus du tout), on faisait super attention aux fins de mois, c'était souvent pâtes ou pommes de terre. Mais on avait un toit et à manger. On se rendait bien compte que nos parents galéraient donc avec petit frère et petite soeur on n'en demandait pas trop.
Là, ça va mieux, c'est con à dire mais depuis que la maison est payée et que mon père est en retraite, apparemment ça va bien mieux pour eux.
Sinon, côté famille plus éloignée :
Coté paternel > mon grand-père est mort quand mon père avait 5 ou 6 ans. Ma grand-mère ne s'est jamais remariée et est décédée quand il avait 18 ans. Et tous les 2 venaient d'un milieu social paysan, je crois bien. Sinon, il y a bien quelques personnes très aisées qui nous ont pas mal aidés quand c'était très dur.
Grands-parents maternels toujours là, milieu plus aisé mais pas trop quand même. Font super attention à leurs sous.
Moi, j'ai grandi sans vraiment me soucier de tout ça. Les gens de mes école primaire, collège, lycée étaient vraiment mixés, il y avait de tout > pauvres, moins pauvres, blancs, immigrés, ... Je m'en foutais, c'était mes potes et c'est ce qui m'importait.
Maintenant ça n'a pas changé, je me fous de savoir d'où viennent les gens, s'ils sont plus aisés ou moins que moi. Je considère tout le monde de la même façon.

Ydessa
Petite graine
Petite graine


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tes origines et ton milieu social dans ton quotidien

Message par Lµnatiqu3 le 01.12.10 16:05

Au niveau de l'historique familial, plus français tu meurs. Les familles de mes parents sont toutes deux issues de la charente maritime sur plusieurs générations. Rien de bien folklorique en soi.
J'ai donc grandi dans un petit village en bord de mer, tout ce qu'il y a de plus tranquille, où la moyenne d'âge doit être 60 ans et où les seules turbulences sonores sont liées aux vaches dans le champ d'en face.
La famille de ma mère est d'origine très modeste mais se trouve aujourd'hui dans une situation assez confortable. Du côté de mon père, pareil. Le milieu social à la base est assez pauvre mais ils ont réussi à s'en sortir plutôt bien.

Mes parents eux sont de classe moyenne si on peut dire, pas pauvres ni riches. Je n'ai jamais manqué de rien. Ma mère a toujours bien ficelé le budget et mon père pourrait mourir d'épuisement pour nous payer ce dont on a besoin.
Mon père n'a pas fait d'études, c'est un peu le grand regret de sa vie, pour lui l'éducation est quelque chose de très important. Sur ça il est intransigeant, il fait tous les sacrifices pour nous payer des études et je lui en suis infiniment reconnaissante.
Après il est dans une situation immobilière assez confortable dans le sens où il est propriétaire de plusieurs biens, sa retraite ne sera donc pas un problème.

Je n'ai jamais été confrontée à la "diversité ethnique" si on peut dire avant le lycée. En bon village de la france profonde il n'y avait aucune diversité dans le paysage. Je n'ai donc jamais personnellement été confrontée à quelque forme de racisme qui soit.

C'est une notion qui m'échappe totalement, il faut bien l'avouer. Dans mes relations j'ai des amis essentiellement franco/français, c'est certainement du à la région géographique. Après comme tout le monde j'ai des amis avec des origines un peu plus funky, mais pas tant que ça.
Mon mec est réunionnais, petite touche d'exotisme dans ma vie!

J'ai tendance à voir les origines étrangères comme une certaine richesse que je n'ai pas. Les gens qui ont la chance de parler une autre langue, avoir une double nationalité ou une double culture, je trouve ça super enrichissant. Certains membres de ma famille sont dans ce cas et je trouve ça terriblement enviable. c'est tellement plus fun que d'avoir grandit dans un monde de blancs, aseptisé. Au final c'est comme si pendant 16, 18 ans j'avais vécu dans une bulle, et que le vrai monde ne c'était ouvert à moi que lorsque je suis partie faire mes études!

Lµnatiqu3
Belle Plante
Belle Plante


Revenir en haut Aller en bas

Re: Tes origines et ton milieu social dans ton quotidien

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 16:57


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum